Google YouTube Gmail Drive »
 
" Je sus alors qu'au fond de moi-mme il n'y avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie, si riante et si pleine, s'teindre, et derrire moi s'en... "
Libert d'enseignement - 99
[Thodore] Combalot - 1844
-

Mmoires de l'acadmie des sciences, lettres et arts d'Arras

Acadmie des sciences, lettres et arts d'Arras - 1899
...l'difice entier de la vrit : Au fond de moi-mme il n'y avait plus rien qui ft debout... 11 me sembla sentir ma premire vie si riante et si...pleine s'teindre, et derrire moi s'en ouvrir une aulre sombre et dpeuple, o dsormais j'allais vivre seul, seul avec ma fatale pense qui venait...
-

Que l'orgueil de l'esprit est le grand cueil de la foi: Thodore Jouffroy ...

Georges Frmont - 1900 - : 63
...plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux ; et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...suivirent cette dcouverte furent les plus tristes d ma \ie. Dire de quels mouvements ils furent agits serait trop long. Bien que mon intelligence...
-

Les phnomnes affectifs et les lois de leur apparitions: essai de ...

Frdric Paulhan - 1901 - : 163
...avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux ; et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...cette dcouverte furent les plus tristes de ma vie (1). Ainsi, nous voyois encore ces deux caractres, l'incoordination relative et l'apparition...
-

L'exprience religieuse: essai de psychologie descriptive

William James - 1906 - : 449
...avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux ; et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...cette dcouverte furent les plus tristes de ma vie. ' du J'emprunte le cas suivant la collection manuscrite professeur Starbuck ; c'est une femme...
-

Le Correspondant, 66; 102

1876
...moment fut affreux, et quand, vers Je matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir rna premire vie, si riante et si pleine, s'teindre,...venait de m'y exiler et que j'tais tent de maudire. (Jouffroy. Nouveaux Mlanges, p. 34. 1 Le ct pieux et religieux de la philosophie de M....
-

Revue noscolastique de philosophie, 4

1897
...plus l'admettre, je le rejetais. Ce moment fut affreux, et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...venait de m'y exiler et que j'tais tent de maudire. ') Voil le doute vrai qui peut ainsi arracher l'me des aveux sincres d'impuissance. Tout...
-

Mmoires de la Socit d'agriculture, commerce, sciences et arts du ...

Socit d'agriculture, commerce, sciences et arts de la Marne (France) - 1880
...quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie, si rmnte et si pleine, s'teindre ; et derrire moi s'en...venait de m'y exiler et que j'tais tent de maudire (1). Rentr aux Pontets (Doubs), son village natal, Jouffroy se sent assig, dans la sereine...
-

Causeries du lundi, 8

Charles Augustin Sainte-Beuve - 1855
...qui fut debout. Ce moment fut affreux, et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon llt, il me sembla sentir ma premire vie, si riante et si pleine, 8'teindre, el derrire moi s'en ouvrir une autre sombre et dpeuple, o dsormais j'allais...
-




  1. PDF