Google YouTube Gmail Drive »
 
" Je sus alors qu'au fond de moi-mme il n'y avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie, si riante et si pleine, s'teindre, et derrire moi s'en... "
Libert d'enseignement - 99
[Thodore] Combalot - 1844
-

Les crivains modernes de la France...

Daniel Bonnefon - 1880 - : 498
...plus l'admettre, je le rejetais. Ce moment fut affreux, et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...seul, seul avec ma fatale pense qui venait de m'y exiles et que j'tais tent de maudire. Aprs deux ans de sjour l'École normale, Jouffroy...
-

Gerbet, sa vie, ses oeuvres

Antoine Ricard - 1881 - : 245
...plus rien qui ft debout... Ce moment fut affreux ; et, quand le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...pleine, s'teindre, et derrire moi s'en ouvrir et une autre sombre et dpeuple, o dsormais j'allais vivre seul, seul avec ma pense, qui...
-

Nouvelles soires canadiennes, 2

Louis-H. Tach - 1883
...l'admettre, je le rejetais (i). " Ce moment fut affreux, et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...venait de m'y exiler, et que j'tais tent de maudire !...." Jouffroy venait donc de consommer l'apostasie de sa foi ; de cuisants regrets le reportaient...
-

La littrature franaise au dix-neuvime sicle, 2

Paul Albert - 1886
...avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux ; et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...seul, seul avec ma fatale pense qui venait de m'y exciter, et que j'tais tent de maudire. XIX e SIÈCLE. II. 8 Ce premier moment d'angoisse...
-

Annuaire de l'Universit-Laval

Universit Laval - 1887
...avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, et, quand, vers le matin, je me jetais puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie...venait de m'y exiler et que j'tais tent de maudire. " (2) C'est un exemple clbre entre des milliers. Hlas ! parmi ceux qui m'coutent et qui ont...
-

Philosophie et philosophes

Elme-Marie Caro - 1888 - : 422
...plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...qui venait de m'y exiler, et que j'tais tent de maudire1. N'y at-il pas dans ces lignes lires et dsoles quelque chose de l'inspiration d'o...
-

Les philosophes classiques du XIXe sicle en France

Hippolyte Taine - 1888 - : 377
...avait plus rien qui ft debout. 14 Ce moment fut affreux, et, quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...qui venait de m'y exiler et que j'tais tent .de imudire. Les jours qui suivirent cette dcouverte furent les plus tristes de ma vie. Dire de quels...
-

La littrature franaise au dix-neuvime sicle, 2

Paul Albert - 1891
...avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux; et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...seul, seul avec ma fatale pense qui venait de m'y exciter, et que j'tais tent de maudire. XIX e Sif.CI.EH 8 Ce premier moment d'angoisse et...
-

Opere complete di Giulio Carcano, 8

Giulio Carcano - 1895
...filosofo parla dello stato dell'animo suo, dopo rigettata l'autorit della fede: " Ce moment fut affreux; il me sembla sentir ma premire vie, si riante et...suivirent cette dcouverte furent les plus tristes da ma vie. Dire de quels mouvements ils furent agits serait trop long.... mon me ne pouvait s'accoutumer...
-

Opere complete di Giulio Carcano, 8

Giulio Carcano - 1895
...filosofo parla dello stato dell'animo suo, dopo rigettata l'autorit della fede: " Ce moment fut affreux; il me sembla sentir ma premire vie, si riante et si pleine, s'teindre, et derrire moi s'en onvrir une autre sombre et dpeuple, o dsormais j'allais vivre seul, seul avec ma fatale pense...
-




  1. PDF