Google YouTube Gmail Drive »
 
" Je sus alors qu'au fond de moi-mme il n'y avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie, si riante et si pleine, s'teindre, et derrire moi s'en... "
Libert d'enseignement - 99
[Thodore] Combalot - 1844
-

Les philosophes franais du XIXe sicle

Hippolyte Adolphe Taine - 1857 - : 367
...avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, et, quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...cette dcouverte furent les plus tristes de ma vie. Dire de quels mouvements ils furent agits serait trop long. Bien que mon intelligence ne considrt...
-

Revue de Bretagne, de Vende & d'Anjou, 1; 4

Arthur La Broderie, Émile Grimaud - 1858
...du doute. Ce fut un moment affreux, nous dit-il, et, quand vers le matin , je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...riante et si pleine, s'teindre et derrire moi s'en entrouvrir une autre sombre et dpeuple o, dsormais, j'allais vivre seul avec ma fatale pense...
-

Quelques mots sur la "Vie de Jsus" de M. Ernest Renan

Augustin Cochin - 1863 - : 65
...leur couche, sans se demander de qui leurs coups ont fait tomber les pleurs. Ainsi fait le critique. de m'y exiler et que j'tais tent de maudire. Les...dcouverte furent les plus tristes de ma vie.... Si, en perdant la foi j'avais perdu le souci des questions qu'elle m'avait rsolues, sans doute...
-

Dictionnaire apologtique, ou, Les sciences et la philosophie au ..., 51

Louis Franois Jhan - 1863
...premire vie, si riante ni si pleine, s'teindre, et, derrire moi, s'en ouvrir une autre sombre el dpeuple, o dsormais j'allais vivre seul, seul...qui venait de m'y exiler, et que j'tais tent de шаиdire. Les jours qui suivirent celte dcouverte furent les plus Irisles de ma vie. Dire de quels...
-

Dictionnaire d'anecdotes chrtiennes: publ. par l'abb Migne

Paul Jouhanneaud - 1863
...avait plus rien qui ft debout. a Ce moment fut affreux; et quand, vers lo matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...et si pleine, s'teindre, et, derrire moi, s'en ouTrir une autre sombre et dpeuple, o . dsormais j'allais vivre seul, seul avec ma totale pense...
-

Critique et histoire de la philosophie: fragments et discours

Émile Saisset - 1865 - : 188
...avait plus rien qui fnt debout. Ce moment fut affreux, et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...cette dcouverte furent les plus tristes de ma vie. Le camarade de Jouffroy n'a pas connu ces angoisses, faites pour des mes passionnes. C'tait...
-

Études sur le but de la vie; ou, Dfense du christianisme contre les ...

Franois Victor Roger - 1865 - : 559
...plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...cette dcouverte furent les plus tristes de ma vie. Dire de quels mouvements ils furent agits serait trop long. Bien que mon intelligence ne considrt...
-

Mmoires de la Socit d'mulation du Doubs, 1864

Socit d'mulation du Doubs, Besanon - 1865
...avait plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux ; et quand vers le matin je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...venait de m'y exiler et que j'tais tent de maudire (1) Une sorte d'exacerbation maladive a pntr ces pages d'une tristesse contagieuse. Les ides...
-

REVUE DES DEUX MONDES XXXV ANNEE- SECONDE PERIODE

Annee - 1865
...plus rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie,...venait de m'y exiler, et que j'tais tent de maudire (1). N'y at-il pas dans ces lignes fires et dsoles quelque chose de l'inspiration d'o sont...
-

Confrences du couvent de Saint-Thomas d'Aquin de Paris: Introduction au ...

Jacques Monsabr - 1866 - : 684
...rien qui ft debout. Ce moment fut affreux, dit-il, et quand, vers le matin, je me jetai puis sur mon lit, il me sembla sentir ma premire vie...cette dcouverte furent les plus tristes de ma vie. Dire de quels mouvements ils furent agits serait trop long. Bien que mon intelligence ne considrt...
-




  1. PDF