Google YouTube Gmail Drive »
 
" J'allais prier Baal de veiller sur ma vie, Et chercher du repos au pied de ses autels : Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse , Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense ; J'ai cru que des... "
Letters of the Marquise Du Deffand to the Hon. Horace Walpole: afterwards ... - 425
marquise Marie de Vichy Chamrond Du Deffand - 1810
-

Oeuvres completes de Jean Racine

Jean Racine - 1829 - : 651
...du repos au pied de ses autels : Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse , Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense ; J'ai cru que des prsents calmeroient son courroux , Que ce Dieu, quel qu'il soit, en deviendrait plus...
-

A classical French reader: selected from the best writers of that language ...

1831 - : 270
...du repos au pied de ses autels: Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse, Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense; J'ai cru que des prsens calmeroient son courroux, Que ce Dieu, quel qu'il soit, en deviendroit plus doux....
-

A Classical French Reader: Selected from the Best Writers of that Language ...

Nicholas Marcellus Hentz - 1833
...du repos au pied de ses autels: Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse, Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense; J'ai cru que des prsens calmeroient son courroux, Que ce Dieu, quel qu'il soit, en deviendroit plus doux...
-

Petit tableau littraire de la France, extr. suivis de notes. Servant de ...

Pierre Franois Merlet - 1833
...repos au pied de ses autels : Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels ! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse, Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense ; J'ai cru que des prsens calmeraient son courroux, Que ce Dieu, quel qu'il soit, en deviendrait plus doux....
-

Leons franaise de littrature et de morale

Franois Noel - 1835
...du repos au pied de ses autels : Que ne peut la frayeur sur l'esprit de mortels! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse, Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense; J'ai cru quedes prsents cahneroienl son courroux , Que ce Dieu , quel qu'il soit, en dcvicndroit plus...
-

The French Reader's Guide: Or, Miscellaneous Selections in Prose and Verse ...

1835 - : 300
...repos an pied de ses autels : Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels ! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse, Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense j J'ai cru que des prsents calmeroieut son courroux. Que ce Dieu, quel qu'il soit, en deviendroit...
-

Leons franaises de littrature et de morale

Franois Noel - 1840 - : 584
...du repos au pied de ses autels! Que ne peut la frayeur sur l'esprit de mortels! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse, Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense; J'ai cru que des prsents calmeraient son courroux, Que ce Dieu, quel qu'il soit, en deviendrait plus doux....
-

Leons et modles de posie franaise; or, Choice selections from the best ...

Charles Jean Delille - 1841
...repos au pied de ses autels : Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels ! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse, Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense ; J'ai cru que des prsents calmeraient son courroux, Que ce Dieu, quel qu'il soit, en deviendrait plus doux....
-

Oeuvres: Prcdees d'une notice sur sa vie et ses ouvrages, 3-4

Jean Racine - 1842
...repos au pied de ses autels : Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels ! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse, Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense; J'ai cru que des prsents calmeraient son courroux, Que ce Dieu, quel qu'il soit, en deviendrait plus doux....
-

Thtre complet de J. Racine

Jean Racine - 1844 - : 663
...repos au pied de ses autels : Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels ! Dans le temple des Juifs un instinct m'a pousse , Et d'apaiser leur Dieu j'ai conu la pense; J'ai cru que des prsents calmeraient son courroux , Que ce Dieu , quel qu'il soit, en deviendrait plus...
-




  1. PDF