Google YouTube Gmail Drive »
 
" Je ne persuadai pas, et l'on vit en peu de temps que je ne m'tais pas trompe. Les choses en restrent donc (en apparence) comme par le pass jusqu'en 1755. Puis, de longues rflexions sur les malheurs qui m'avaient poursuivie, mme dans la plus... "
Histoire religieuse, politique et littraire de la Compagnie de Jsus - 230
Jacques Crtineau-Joly - 1845
-

Madame de Pompadour et la cour de Louis XV au milieu du XVIIIe sicle ...

Émile CAMPARDON - 1867 - : 515
...apparence comme par le pass jusqu'en 1755. Puis, de longues rflexions sur les malheurs qui m'avoient poursuivie, mme dans la plus grande fortune, la...de n'tre jamais heureuse par les biens du monde, puisqu'aucun ne m'avoit manqu et que je n'avois pu parvenir au bonheur, le dtachement des choses...
-

Revue des questions historiques, 4

Gaston Louis Emmanuel Du Fresne marquis de Beaucourt, Paul Allard, Jean Guiraud - 1868
...en entamant une ngociation en cour de Rome, et nous nous empressons de lui laisser la parole : De longues rflexions sur les malheurs qui m'avaient...le dtachement des choses qui m'amusaient le plus, tout me porta croire que le seul bonheur tait en Dieu. Je m'adressai au pre de Sacy. comme 1...
-

La France sous Louis XV: (1715-1774)

Alphonse Jobez - 1869
...m'tais pas trompe. Les choses en restrent donc (en apparence) comme par le pass jusqu'en 1755. Puis de longues rflexions sur les malheurs qui m'avaient...n'tre jamais heureuse par les biens du monde, puisque aucun ne m'avaient manqu et que je n'avais pu parvenir au bonheur, le dtachement des choses qui...
-

La France sous Louis XV (1715-1774): Madame de Pompadour de 1757 1763

Alphonse Jobez - 1869
...plus grande fortune, la certitude de n'tre jamais heureuse par les biens du monde, puisque aucun ne m'avaient manqu et que je n'avais pu parvenir...le dtachement des choses qui m'amusaient le plus, tout me porta croire que le seul bonheur tait en Dieu. Je m'adressai au pre de Sacy, comme ...
-

Voltaire et la socit au XVIIIe sicle: Voltaire aux Dlices

Gustave Desnoiresterres - 1873
...avec les hommes. ... Les choses en restrent done (en apparence) comnu par le pass jusqu'en 1753. Puis de longues rflexions sur les malheurs qui m'avaient poursuivie mme dans la plus grande fortunei, la certitude de n'tre jamais heureuse par les biens du monde, puisque aucuns ne m'avaient...
-

Voltaire et la socit au XVIIIe sicle, 5; 9

Gustave Le Brisoys Desnoiresterres - 1875
...avec les hommes. ... Les choses en restrent donc (en apparence) comme par le pass jusqu'en 17Sa. Puis de longues rflexions sur les malheurs qui m'avaient poursuivie mme dans la plus grande fortunei, la certitude de n'tre jamais heureuse par les biens du monde, puisque aucuns ne m'avaient...
-

Madame de Pompadour

Edmond de Goncourt, Jules de Goncourt - 1881 - : 491
...m'tais pas trompe. Les choses en restrent donc en apparence comme par le pass jusqu'en 1755. Puis de longues rflexions sur les malheurs qui m'avaient...de n'tre jamais heureuse par les biens du monde, puisqu'aucun d'eux ne m'avoit manqu et que je riaoois pu parvenir au bonheur, le dtachement des...
-

La cour de Louis XV

Imbert de Saint-Amand - 1886 - : 312
...chrtienne : Les choses, ajoutait-elle, en restrent en apparence comme par le pass jusqu'en iy55. Puis, de longues rflexions sur les malheurs qui...fortune ; la certitude de n'tre jamais heureuse parles biens du monde, puisque aucun ne m'avait manqu et que je n'avais pu parvenir au bonheur ;...
-

Mmoires du duc de Choiseul, 1719-1785

Etienne-Franois duc de Choiseul - 1904 - : 467
...m'tais pas trompe. Les choses en restrent donc en apparence comme par le pass jusqu'en 1755. Puis de longues rflexions sur les malheurs qui m'avaient...le dtachement des choses qui m'amusaient le plus, tout me porta croire que le seul bonheur tait en Dieu. Je m'adressai au Pre Sacy, comme l'homme...
-

Revue d'histoire et de littrature religieuses, 10

1905
... qui n'avait paru fausse en rien . Voici d'abord comment elle-mme a voulu s'en expliquer : De longues rflexions sur les malheurs qui m'avaient...n'tre -jamais heureuse par les biens du monde, puisque aucun ne m'avait manqu et que je n'avais pu parvenir au bonheur, le dtachement des choses qui m'amusaient...
-




  1. PDF