صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

Et coinbien que plusieurs de ceux qui se sont tant oubliez, ayant depuis reconnu la faute qu'ils commettoient et s'en soient entièrement retirez et abstenus, faisant leurs prédications confornies à la parole de Dieu et au commandement de son église , toutefois nous advertis que aucuns devenant obstinez et aveuglez par les présens et corruptions qui leur sont faites de la part de ceux qui les ont jusques icy entretenus et stipendiez, continuent encore en certaines provinces de notre royaume à user licentieusement en leurs prédications de loutes blessures, injures et paroles dépravées et diffamatoires contre notre authorité et des magistrals, tendantes à séditions et émotions, au lieu de ramener et contenir chacun en la reconnoissance et crainte de Dieu et de ceux qu'il a constituez pour commander..

A quoy étant très nécessaire de pour voir et empescher tels moDopoles, insolences et apostasies, qui sont directement contre l'honneur et service de Dieu et de son église , et au grand scandale et mespris de la religion chrestienne, et en attendant que avec le commun conseniement de notre saint père le pape et l'ém glise universelle, il se fasse une entière et sainte réformation, comme nous espérons en bref de tous les abus. qui ont jusques à préseot esté tolérés en l'église par la nonchalance et négligence d'aucups pasteurs.

Pour ces causes et autres bonnes et grandes considérations à ce nous mouvans, et afin que nostre intention soit généralement connue contre lousimposteurs, avons déclaré et déclarons parce's présentes que nous avons toujours désiré et désirons que la parole de Dieu sot preschée et annoncée en toutes les provinces , villes, bourgs et paroisses de cettuy notre royaume, pays terres et scigneuries de notre obéissance, par tous docteurs à ce faire appelez et requis, ainsi qu'il est accoustume pour l'édification et salut du peuple, avec la sincérité et doctrine qui y sont requises conformémentaux saintes écritures et traditions de notre sainte mère église catholique, apostolique et romaine, pourvu que lesdits docteurs soient suffisans et capables, nou de ceux qui sont passionnés et entremis de ce qui concerne notre authorité, les affaires, administration et police de notre royaume, et qui ont voulu et veulent induire et provoquer nos sujets à sédition et révolte par leurs apos: tasies, calomnies et faux donnezentendre, soit en leurs dites prédications, confessions auriculaires ni autrement, en quelque façon que ce soit; ausquels et à tous autres qui voudront faire le semblable, nous deffendons très expressément de se metire en chaire, sur

[ocr errors]

peine d'être contempteurs de l'honneur de Dieu, schismatiques et fauteurs d'hérésie et pervertissans son expresse parole, et comme tels avoir la langue percée sans aucune grâce et rémission et bannis de votre royaume à perpétuité.

Si donnons , etc.

.

N°93. -- Edit portant établissement du corps et communauté

des peintres de la ville de Paris (1).

Novembre 1595. (Blanchard, Compil. chronol.) N° 94. --- DÉCLARATION qui affranchit les libraires de l'université de Paris, du droit qui se perçoit sur le papier blanc (*).

Paris , 5 novembre 1595, reg. au parl, le 29. í Vol. SS., fo 141.) N° 95. - Edit général d'amnistie à l'occasion de la réduction

du duc de Mayenne et de ses adhérens à l'obéissance du roi, avec abolition des confiscations et suspension de la prescrip

rion (3) Follembray, janvier 2596, reg. au parl. le 9 avril. (Vol. SS. fo 381. - Font. IV,

813. - Rec. des traités de paix, Il, 571.) HENRY, etc. Comme l'office d'un bon roi soit d'aymer ses subjets comme ses enfans, les traicter comnie tels et croire que leur félicité est la sienne, Dieu et les hommes sont tesmoings aussi si, depuis qu'il loy a pleu nous appeler à ceste couronne, nous avons eu autre plus grand soing et désir que de nous acquitter de ce devoir. Car ayant trouvé ce royaume remply de parlialitez, guerres et divisions plus grandes et périlleuses qu'ils n'auroient esté auparavant, nous v'avons non plus espargné nostre propre sang pour faire respecter nostre authorité, que nostre clémence pour oublier et remettre les offenses qui nous estaient faites, afin de délivrer tant plustôt nostredict royaume des oppressions de

(1) V. note sur l'édit de Henri III, décembre 1583.

(2) C'est la confirmation du privilége d'entrée comme marchandise franche accordée

par les rois de France aux libraires et papetiers de l'université de Paris pour le papier blanc. V. dans notre recueil, déclaration de Charles VIII, avril 1485, sur les priviléges des libraires de Paris.

(3) La guerre civile ne cessa tout à fait que par la soumission de la Bretagne et du duc de Mercaur , auquel des conditions semblables furent accordées par édit donné à Angers en mars 1598 (après 9 ans). – V. l’édit de Nantes, avril 1598.

la guerre civile, vraie source et mère de tous maux. En quoi nous recogooissons d'avoir esté moins assistez de la grâce et bénédiction de Dieu en l'une qu'en l'autre voye. Car s'il nous a souvent donné des victoires sur ceux qui combattoient contre nous, il nous a encores plus souveut accreu la volonté et donné les moyens de vaincre par douceur ceux qui s'en sont renduz dignes. De sorte que nous pouvons dire n'avoir guère moins advancé la réunion de nos subjects souz nostre obéissance (telle que nous la voyons acheminée aujourd'hui par la grâce de Dieu) par notre clémence que par nos armes. Et comme à ce faire nous avons esté esmeus principalement de l'amour extrême que vous portons à nosdicts subjets et de la compassion que nous avons de leurs calamitez et misères plus que de nostre intérest et advantage particulier, nous avons aussi eu grand égard aux causes qui ont excité et convié plusieurs d'iceux de s'armer, ayant estés fondés sur le soin que chacun doit avoir du salut de son âme que nous avons jugées d'autant plus dignes de commisération et d'excuse que nous recognoissons comme vray chrestien n'y avoir rien qui ait tant de puissance sur nous que ceste obligation.

C'est pourquoi ayant souvent esprouvé par nous-mesmes que la force endurcit plustost qu'elle ne change le courage des hommes aufait de la religion, et que c'est une grâce qui est infuse en nous, non par notre jugement ny par celuy d'autruy, mais par la seule bonté de Dieu et l'opération de son Sainct Esprit, sitost que nous avons eu quelque relasche de nos plus grands travaux par les advantages que Dieu nous a donnez sur nos adversaires, nous avons voulu approcher de nous des prélats et docteurs de bonne vie et des mieux versez aux sainctes lettres, pour nous instruire en la vérité de la religion catholique, de laquelle Dieu nous ayant fait la grâce de nous rendre capable, avec ferme propos et résolution d'y persévérer jusqu'au dernier souspir de nostre vie, nous n'avons eu depuis plus grand désir que de participer en toutes choses à l'union et société de l'église catholique, apostolique et romaine, et à nostre réconciliation avec nostre sainct père le pape et le sainct siége, comme chacun a pu cognoistre par pos actions et les contipuelles poursuites et recherches que nous en avons faict.

Lesquelles auroient esté tellement traversées par les ruses ordinaires de nos ennemis et leur puissance à Rome, que si notre constance et la raison n'eussent esmeu et fortifié la vértu et bonté singulière de nostredict sainct père (lequel comme père commun et vray successeur et imitaieur de sainct Pierre n'a eu esgard

[ocr errors]

qu'au seul bien de la religion chrestienne), nous n'eussions jamais acquis le bonheur de sa sainte bénédiction ni de notre réconciliation par nous tant désirée pour le repos de nostre âme et la satisfaction plus grande des consciences de nosdicts subjects, esmeus du seul zèle de la religion.

En quoy comine nous avons eu très grande occasion de lover Dieu et magnifier aussi l'équanimité de S. S., pour avoir par sa prudence et bonté confondu l'audace et mensonge de nosdicts ennemis, nous nel'avons pas moindred’adınirer la providenca divine en ce qu'il luy a pleu que le chemin de notre salut aye aussi esté celui qui a esté le plus propre pour gaigner et affermir les cours de nosdicts subjects et les attirer à nous recognoistre et obéir, comme il s'est veu bientost après nostre reunion en l'Eglise et tousjours depuis continué. Mais ce bon cæur n'eust esté parfaict ny la paix entière, si notre très cher et très amé cousin le duc de Mayenne, chef de son party, n'eûst suivi le mesme chemin, comme il s'est résolu de faire sitost qu'il a vu que nostredict saint père avait approuvé nostredicte réunion : ce qui nous a mieux fait sentir qu'auparavant de ses actions, recevoir et prendre en bonne part ce qu'il nous a remonstré du zèle qu'il a eu en la religion , louer et estimer l'affection qu'il a monstré à conserver le royaume en son entier, duquel il n'a faict ny souffert le desmembrement, lorsque la prospérité de ses affaires semblait luy en donner quelque moyen; comme il n'a fait encore depuis qu'estant affoibly, il a mieux aimé se jeter entre nos bras et nous rendre l'obéissance que Dieu, nature et les lois luy commandent, que de s'attacher à d'autres remesdes qui pouvoient encore faire durer la guerre longuement au grand dommage de nosdicts subjets, ce qui nous a fait désirer de recognoistre sa bonne volonté, l'aymer et traiter à l'advenir comme nostre bon parent et fidèle subject.

Et afin que loi et les catholiques qui l'imiteront en ce devoir y soient de plus en plus confirmez, et les autres excitez de prendre un si salutaire conseil, et aussi que personne ne puisse plus fein: dre cy-après de douter de la sincérité de nostredicte réunion à l'église catholique, et sous ce prétexte faire renaistre de nouvelles seinences de dissentions pour séduire nos subjects et les porter à leur ruine.

(1) Scavoir faisons, que comme vous déclarons et protestops nostre résolution être de vivre et mourir en la foy et religion catholique, apostolique et romaine, de laquelle nous avons fait profession moyennant la grâce de Dieu, nostre intention est aussi d'en procurer å l'advenir le bien et advancement de tout nostre pouvoir et avec le soin et même affection que les rois très chrestiens nos prédécesseurs ont faict, et par l'advis de nos bons et loyaux sujets catholiques, tant de ceux qui nous ont toujours assisté, que des autres qui se sont depuis remis en notre obéissance, en conservant néantmoins la tranquilité publique de nostre royaume.

(2) Cependant nous voulons qu'ès villes de Chaalons, Seurre et Soissons, lesquelles nous avons laissées pour villes de seureté à nostredict cousin pour six ans, ny au bailliage dudict Chaalons dont nous avons acoordé le gouverneinent à l'un de ses enfans, séparé pour ledit temps de celui de Bourgogne, et à deux lieues aux environs de ladicte ville de Soissons, il n'y ait aucun exercice de religion que de la catholique, apostolique et romaine, durant lesdits six ans, ny aucunes personnes admises aux charges publiques et offices qui ne facent profession de ladite religion. (3) Et afin

que

la réunion sous nostre obéissance de nostredict cousin et de tous ceux qui l'imiteront en ce devoir, soit parfaite et accomplie de toutes ses parties comme il convient, tant pour notre service et l'entier repos de tous nos subjects, que pour

l'honneur et seureté de nostredict cousin et des autres qui vou i dront jouir du présent édict, nous avons révoqué et révoquons

tous édicts, lettres patentes et déclarations faites et publiées en nostre cour de parlement de Paris et autres lieux et jurisdictions, depuis les présens troubles et à l'occasion d'iceux, ensemble tous jugements et arrêts donnez contre nostredict cousin le duc de Mayenne et autres princes et seigneurs, gentilshommes, officiers, communautez et particuliers, de quelque qualité qu'ils soient, qui se voudront ayder du bénéfice dudict édict; voulons et en 4 tendons

que lesdicts édicts, lettres patentes et déclarations soient retirées des registres de nostredicte. Cour, et autres lieux et juriss dictions, pour en etre la mémoire du tout esteinte el aholie..

(4) Deffendons à tous nos subjects, de quelque qualité qu'ils soient, de renouveler la mémoire des choses passées durant lesdicts troubles , s'attaquer, injurier ou provoquer l'un l'autre de fait ou de parole, à peine aux contrevenans d'estre punis comme perturbateurs du repos public; à ceste fin nous voulons que tou, tes marques de dissentions qui pourroient encore aigrir nosdicts subjects les uns contre les autres, introduites dedans nos villes ou ailleurs, depuis les présens troubles et à l'occasion d'iceux, soient

[ocr errors]
« السابقةمتابعة »