uvres, 5

 

 - 

.

-

113 - A l'instant, au lieu de la personne particulire de chaque contractant, cet acte d'association produit un corps moral et collectif compos d'autant de membres que l'assemble a de voix, lequel reoit de ce mme acte son unit, son moi commun, sa vie et sa volont.
129 - On convient que tout ce que chacun aline , par le pacte social , de sa puissance , de ses biens , de sa libert , c'est seulement la partie de tout cela dont l'usage importe la communaut ; mais il faut convenir aussi que le souverain seul est juge de cette importance.
266 - Sans pouvoir obliger personne les croire, il peut bannir de l'État quiconque ne les croit pas; il peut le bannir, non comme impie, mais comme insociable, comme incapable d'aimer sincrement les lois, la justice, et d'immoler au besoin sa vie son devoir.
123 - Si donc le peuple promet simplement d'obir, il se dissout par cet acte, il perd sa qualit de peuple ; l'instant qu'il ya un matre , il n'ya plus de souverain , et ds lors le corps politique est dtruit.
161 - ... parce que cette puissance ne consiste qu'en des actes particuliers qui ne sont point du ressort de la loi , ni par consquent de celui du souverain , dont tous les actes ne peuvent tre que des lois.
114 - A l'gard des associs ils prennent collectivement le nom de peuple, et s'appellent en particulier citoyens comme participants l'autorit souveraine, et sujets comme soumis aux lois de l'État.
115 - ... la puissance souveraine n'a nul besoin de garant envers les sujets, parce qu'il est impossible que le corps veuille nuire tous ses membres, et nous verrons ci-aprs qu'il ne peut nuire aucun en particulier. Le souverain, par cela seul qu'il est , est toujours tout ce qu'il doit tre.
183 - ... ceux qui parviennent dans les monarchies ne sont le plus souvent que de petits brouillons, de petits fripons , de petits intrigants , qui les petits talents , qui font dans les cours parvenir aux grandes places, ne servent qu' montrer au public leur ineptie aussitt qu'ils y sont parvenus.
118 - Chaque membre de la communaut se donne elle au moment qu'elle se forme , tel qu'il se trouve actuellement, lui et toutes ses forces, dont les biens qu'il possde font partie.
265 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion, mais comme sentiments de sociabilit sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle.