Mmoires et souvenirs d'un pair de France, 1

 

 - 

.

-

431 - Allez dire votre matre que nous sommes ici par la volont du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baonnettes.
430 - Je vous ordonne , messieurs , de vous sparer tout de suite , et de vous rendre demain matin chacun dans les chambres affectes votre ordre , pour y reprendre vos sances. J'ordonne en consquence au grand-matre des crmonies de faire prparer les salles...
427 - ... que la nation franaise ! Je ne craindrai pas de l'exprimer: ceux qui , par des prtentions exagres , ou par des difficults hors de propos , retarderaient encore l'effet de mes intentions paternelles , se rendraient indignes d'tre regards comme Franais.
428 - Vous venez , messieurs , d'entendre le rsultat d'e mes dispositions et de mes vues : elles sont conformes au 'vif desir que j'ai d'oprer le bien public ; et si , par une fatalit loin de ma pense , vous m'abandonniez dans une si belle entreprise, seul, je ferai le bien de mes peuples ; seul, je me considrerai comme leur vritable reprsentant...
470 - Le zle des reprsentans de mon peuple, runis pour le salut commun, m'en est un sr garant ; et comptant sur l'amour et sur la fidlit de mes sujets , j'ai donn ordre aux troupes de s'loigner de Paris et de Versailles. Je vous autorise , et vous invite mme, faire connatre mes dispositions la capitale.
281 - Sancerre, et que le public ajoute ces huit mille arpents un grand nombre de terres dans diffrentes .provinces, et une grosse somme donne M. le baron d'Espagnac qui en tait propritaire.
425 - Je dois au bien commun de mon royaume, je me dois moimme de faire cesser ces funestes divisions. C'est dans cette rsolution, Messieurs, que je vous rassemble de nouveau autour de moi; c'est comme le pre commun de tous mes sujets , c'est comme le dfenseur des lois de mon royaume, que je viens en retracer le vritable esprit et rprimer les atteintes qui ont pu y tre portes.
470 - ... de ramener l'ordre et le calme. Je sais qu'on a donn d'injustes prventions ; je sais qu'on a os publier que vos personnes n'taient pas en sret.
426 - J'ai voulu aussi , messieurs , vous faire remettre sous les yeux les diffrents bienfaits que j'accorde mes peuples. Ce n'est pas pour circonscrire votre zle dans le cercle que je vais tracer; car j'adopterai avec plaisir toute autre vue de bien public qui sera propose par les tats gnraux.
425 - Mais, pour viter de faire aucun de vous des reproches, je considre que le renouvellement des tats gnraux, aprs un si long terme, l'agitation qui l'a prcd, le but de cette convocation, si diffrent de celui qui rassemblait vos anctres, les restrictions dans les pouvoirs, et plusieurs autres circonstances, ont d ncessairement amener des oppositions, des dbats, des prtentions exagres.