Anecdotes des rpubliques, auxquelles on a joint la Savoye, la Hongrie, et la Bohme [by J.F. de la Croix]. 2 pt. [in 7].

 

 - 

.

-

42 - Hagi, accompagn de fept de fes gens, tous cheval,vint Winthertour faire fa cour au Duc , qui ne manqua pas de lui demander fi c'toit bien lui qu'il avoit vu , la veille , la fuite d'une charrue fuperbement attele ? Le baron lui rpondit avec dignit , qu'il ne trouvoit pas , aprs la guerre , pour la dfenfe de la patrie , d'occupation plus digne d'un gentilhomme que celle de cultiver fes terres.
82 - Il redoute pour elle le fort des captives ; il fe la reprsente dj dans hes bras du commandant Gnois ; il ne peut foutenir cette ide. Il la regarde , en pleurant , l'embrafle : Pardonne-moi , lui dit-il : je fauve ton honneur & le mien. A ces mots, il dtourne la tte, & lui plonge fon pe dans le fein. Il alloit la tourner contre lui-mme. Quelques Gnois accourent & le dfarment. Ils vont raconter cette horrible aventure leur chef. Salagro fait venir le Catalan ,...
111 - Mdecins , que mon bonnet eft plus ff avant que vous, que ma barbe a plus d'exprience que vos Acadmies ; Grecs , Latins , Franois , italiens , je ferai votre Roi.
252 - Le 16 mars 1733, l'empereur Charles VI fit un acte de garantie, par lequel il promet d'obliger les Gnois rparer les contraventions qui pourroient tre faites de leur part au rglement convenu, pourvu que les habitans de Tisle de Corse gardent leurs souverains l% fidlit qui leur est due.
21 - La nature, martre en ces affreux climats, Ne produit, au lieu d'or, que du fer, des soldats : Son sein tout hriss n'offre aux dsirs de l'homme Rien qui puisse tenter l'avarice de Rome.
41 - Quelqu'un demanda , en plaifantant , o toit le gentilhomme , lorfqu'A dam labouroit & qu'Eve filoit ? ... Je fuis un homme , ainfi qu'un autre , rpon dit l'empereur, la dignit prs que Dieu m'a donne. Les anciens nobles de la Germanie , ou de l'Allemagne , honoroient beaucoup l'agriculture. Un feigneur de Hagi, chteau fitu dans le comt de Kybourg , prs de Winthertour , en faifoit fon occupation ordinaire, quoiqu'il pofledt plufiems fiefs.
42 - ... perbes attels une charrue. Mais quelle fut fa furprife , lorfque le grand-matre lui rpondit que c'toit le baron de Hagi , qui labouroit avec fon fils ! Le Duc faifoit quelque difficult de le croire. Monfeigneur , reprit le grand-matre , Votre Grandeur pourra s'en convaincre demain par elle
42 - Winthertour , en faifoit fon occupation ordinaire, quoiqu'il pofledt plufiems fiefs. Il rfervoit fes meilleurs chevaux pour la charrue. Son fils, jeune , & d'une figure agrable , les guidoit , tandis que le pere , en cheveux blancs , ouvroit le fein de la terre , & traoit les filions. Un duc d'Autriche, allant cheval de RaperfVil, Wintherthour, apperut , en paflant, ces laboureurs refpeftables , & fut frapp de l'attelage.
177 - ... alliance. Les catholiques traitent aujourd'hui sans scrupule avec les hrtiques , contre lesquels ils ont fait des croisades ; la haine qui nous spare des infidelles, s'amortiroit de mme en les frquentant. Qu'on puisse compter sur les alliances de la Porte , et bientt on recherchera son amiti. Aprs quatre ou cinq exemples ritrs , on ne trouvera plus extraordinaire qu'un prince chrtien cherche Constantinople , des secours qu'il n'ose y demander aujourd'hui , sans causer...
94 - des Ligues , & leur offrit de grands & beaux partis; premierement, vingt mille francs l'an , qu'il donnoit au profit des villes , qui font quatre ; Berne , Lucerne , Zurich , & crois que Fribourg y avoit