OEuvres compltes de Voltaire: Dictionnaire philosophique. 1878-79

Garnier frres, 1878
 

 - 

.

-

180 - Je le vis, je rougis, je plis sa vue; Un trouble s'leva dans mon me perdue; Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler; Je sentis tout mon corps et transir et brler.
402 - L'autre, fougueux marquis, lui dclarant la guerre, Voulait venger la cour immole au parterre. Mais, sitt que d'un trait de ses fatales mains La Parque l'eut ray du nombre des humains, On reconnut le prix de sa muse clipse. L'aimable Comdie, avec lui terrasse, En vain d'un coup si rude espra revenir Et sur ses brodequins ne put plus se tenir.
360 - D'un pinceau dlicat l'artifice agrable Du plus affreux objet fait un objet aimable.
359 - La Mort a des rigueurs nulle autre pareilles: On a beau la prier; La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles, Et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane, o le chaume le couvre, Est sujet ses lois; Et la garde qui veille aux barrires du Louvre N'en dfend point nos rois.
391 - C'est vous-mme, seigneur ! Quel important besoin Vous a fait devancer l'aurore de si loin? A peine un faible jour vous claire et me guide, Vos yeux seuls et les miens sont ouverts dans l'Aulide.
336 - J'ai pris soin de m'armer contre tous les poisons; J'ai su, par une longue et pnible industrie, Des plus mortels venins prvenir la furie : Ah ! qu'il et mieux valu, plus sage et plus heureux , Et repoussant les traits d'un amour dangereux, Ne pas laisser remplir d'ardeurs empoisonnes Un cur dj glac par le froid des annes ! De ce trouble fatal par o dois-je sortir?
388 - C'est un Dieu qui lui parle, un Dieu qui vit en elle. Et d'o viendrait sans lui ce grand pressentiment, Ce dgot des faux biens, cette horreur du nant? Vers des sicles sans fin je sens que tu m'entranes: Du monde et de mes sens je vais briser les chanes, Et m'ouvrir, loin d'un corps dans la fange arrt, Les portes de la vie et de l'ternit.
409 - Ils sont ensevelis sous la masse pesante Des monts qu'ils entassaient pour attaquer les cieux. Nous avons vu tomber leur chef audacieux Sous une montagne brlante; Jupiter l'a contraint de vomir nos yeux Les restes enflamms de sa rage expirante; Jupiter est victorieux , Et tout cde l'effort de sa main foudroyante.
393 - J'entrai dans son vaisseau , dtestant sa fureur, Et toujours dtournant ma vue avec horreur. Je le vis : son aspect n'avait rien de farouche; Je sentis le reproche expirer dans ma bouche ; Je sentis contre moi mon cur se dclarer; J 'oubliai ma colre , et ne sus que pleurer : Je me laissai conduire cet aimable guide.
402 - L'Histoire, c'est plus mon gibier, ou la posie, que j'ayme d'une particulire inclination. Car, comme disoit Gantes, tout ainsi que la voix, contrainte dans l'troit canal d'une trompette, sort plus aigu et plus forte, ainsi me semble il que la sentence, presse aux pieds nombreux de la posie, s'eslance bien plus brusquement et me fiert d'une plus vive secousse1.