Contrat social: ou principles du droit politique

Chez Marc-Michel Bousquet, 1766 - 284
 

 - 

.

-

22 - ... par o l'on voit qu'il n'ya ni ne peut y avoir nulle espce de loi fondamentale obligatoire pour le corps du peuple, pas mme le contrat social.
64 - ... d'altrer la constitution de l'homme pour la renforcer; de substituer une existence partielle et morale l'existence physique et indpendante que nous avons tous reue de la nature. Il faut en un mot, qu'il te l'homme ses forces propres pour lui en donner qui lui soient trangres et dont il ne puisse faire usage sans le secours d'autrui.
33 - ... c'est qu'au lieu de dtruire l'galit naturelle, le pacte fondamental substitue au contraire une galit morale et lgitime ce que la nature avait pu mettre d'ingalit physique entre les hommes, et que, pouvant tre ingaux en force ou en gnie, ils deviennent tous gaux par convention et de droit (1).
259 - Le christianisme ne prche que servitude et dpendance. Son esprit est trop favorable la tyrannie pour qu'elle n'en profite pas toujours. Les vrais chrtiens sont faits pour tre esclaves; ils le savent et ne s'en meuvent gure ; cette courte vie a trop peu de prix leurs yeux.
65 - ... en sorte que si chaque citoyen n'est rien, ne peut rien que par tous les autres, et que la force acquise par le tout soit gale ou suprieure la somme des forces naturelles de tous les individus, on peut dire que la lgislation est au plus haut point de perfection qu'elle puisse atteindre.
18 - Ces clauses bien entendues se rduisent toutes une seule, savoir l'alination totale de chaque associ avec tous ses droits toute la communaut : car premirement chacun se donnant tout entier, la condition est gale pour tous, et la condition tant gale pour tous, nul n'a intrt de la rendre onreuse aux autres.
141 - LA libert , n'tant pas un fruit de tous les climats , n'est pas la porte de tous les peuples. Plus on mdite ce principe tabli par Montesquieu, plus on en sent la vrit ; plus on le conteste, plus on donne occasion de l'tablir par de nouvelles preuves.
61 - De lui-mme le peuple veut toujours le bien, mais de lui-mme il ne le voit pas toujours. La volont gnrale est toujours droite, mais le jugement qui la guide n'est pas toujours clair.
64 - Celui qui ose entreprendre d'instituer un peuple doit se sentir en tat de changer pour ainsi dire la nature humaine, de transformer chaque individu, qui par lui-mme est un tout parfait et solitaire, en partie d'un plus grand tout dont cet individu reoive en quelque sorte sa vie et son tre...