Mmoires biographiques, littraires et politiques de Mirabeau, 8

 

 - 

.

1
1
2
2
3
6
4
7
5
8
6
43
7
47
8
56
19
154
20
164
21
165
22
186
23
198
24
214
25
216
26
218

9
73
10
87
11
107
12
114
13
123
14
127
15
138
16
141
17
150
18
153
27
251
28
254
29
258
30
260
31
261
32
261
33
262
34
263
35
36

-

175 - Oui , monsieur, nous avons entendu les intentions qu'on a suggres au roi ; mais vous , qui ne sauriez tre son organe auprs de l'Assemble nationale , vous qui n'avez ici ni place , ni voix , ni droit de parler , vous n'tes pas fait pour nous rappeler son discours.
156 - Plus habiles que nous , les hros bataves qui fondrent la libert de leur pays prirent le nom de gueux; ils ne voulurent que ce titre , parce que le mpris de leurs tyrans avait prtendu les en fltrir ; et ce titre , en leur attachant cette classe immense que l'aristocratie et le despotisme avilissaient, fut la fois leur force, leur gloire et le gage de leur succs.
201 - Les dputs de la nation sont appels consacrer avec vous les droits rninens de la royaut , sur la base immuable de la libert du peuple; mais lorsqu'ils remplissent leur devoir, lorsqu'ils cdent leur raison, leurs sentimens, les exposeriezvous au soupon de n'avoir cd qu' la crainte ? Ah ! l'autorit que tous les curs vous dfrent, est la seule pure, la seule inbranlable ; elle est le juste retour de vos bienfaits , et l'immortel apanage des princes dont vous serez...
211 - Dites-lui que ce Henri dont l'univers bnit la mmoire, celui de ses aeux qu'il voulait prendre pour modle, faisait passer des vivres dans Paris rvolt, qu'il assigeait en personne ; et que ses conseillers froces font rebrousser " les farines que le commerce apporte dans Paris fidle et affam.
201 - Le danger est pour le peuple des provinces. Une fois alarm sur notre libert, nous ne connaissons plus de frein qui puisse le retenir. La distance seule grossit tout, exagre tout, double les inquitudes, les aigrit, les envenime.
201 - Le danger est pour les troupes. Des soldats franais, approchs du centre des discussions, participant aux passions comme aux intrts du peuple, peuvent oublier qu'un engagement les a faits soldats, pour se souvenir que la nature les fit hommes.
211 - ... et leurs caresses, et leurs exhortations et leurs prsents; dites-lui que, toute la nuit ces satellites trangers, gorgs d'or et de vin, ont prdit dans leurs chants impies l'asservissement de la France, et que leurs vux brutaux invoquaient la destruction de l'assemble nationale; dites-lui que, dans son palais mme...
200 - France ne souffrira pas qu'on abuse le meilleur des rois, et qu'on l'cart, par des vues sinistres, du noble plan qu'il a lui-mme trac. Vous nous avez appels pour fixer, de concert avec vous, la constitution, pour oprer la rgnration du royaume : l'assemble nationale vient vous dclarer solennellement que vos vux seront accomplis, que vos promesses ne seront point vaines, que les piges, les difficults, les terreurs ne retarderont point sa marche, n'intimideront point son...
201 - ... et des scnes factieuses. Le danger, Sire, est plus terrible encore, et jugez de son tendue par les alarmes qui nous amnent devant vous. De grandes rvolutions ont eu des causes bien moins clatantes ; plus d'une entreprise fatale aux nations s'est annonce d'une manire moins sinistre et moins formidable.
156 - ... en Amrique, les ptres en Suisse, les gueux dans les PaysBas; ils se pareront des injures de leurs ennemis; ils leur teront le pouvoir de les humilier, avec des expressions dont ils auront su s'honorer *. l.