Fastes de La France [ou Faits chronologiques, synchroniques et gographiques de l'histoire de France prcds de l'histoire de la Gaule depuis l'arrive de la race Celtique en Europe jusqu'a l'tablissement des Franks.], 3

[F.] Bertin, 1859
 

 - 

.

-

392 - Les puissances allies ayant proclam que l'empereur Napolon tait le seul obstacle au rtablissement de la paix en Europe, l'empereur Napolon, fidle son serment, dclare qu'il renonce, pour lui et ses hritiers, aux trnes de France et d'Italie, et qu'il n'est aucun sacrifice personnel, mme celui de la vie, qu'il ne soit prt faire l'intrt de la France.
187 - La Commune de Paris se hte d'informer ses frres de tous les dpartements, qu'une partie des conspirateurs froces dtenus dans les prisons a t mise mort par le...
312 - J'accepte le titre que vous croyez utile la gloire de la nation. Je soumets la sanction du peuple la loi de l'hrdit. J'espre que la France ne se repentira jamais des honneurs dont elle environnera ma famille. Dans tous les cas, mon esprit ne sera plus avec ma postrit, le jour o elle cesserait de mriter l'amour et la confiance de la grande nation.
263 - ... politiques assis la place des anciens. Ce qu'il nous faut de plus que l'galit des droits ? Il nous faut non pas seulement cette galit transcrite dans la Dclaration des droits de l'homme et du citoyen, nous la voulons au milieu de nous, sous le toit de nos maisons. Nous consentons tout pour elle, faire table rase pour nous en tenir elle seule. Prissent, s'il le faut, tous les arts, pourvu qu'il nous reste l'galit relle.
74 - Louis xiv , ni pacifique , ni guerrier : il avoit les formes de la justice, de la politique, de la dvotion , et l'air d'un grand roi. Doux avec ses domestiques , libral avec ses courtisans , avide avec ses peuples , inquiet avec ses ennemis, despotique dans sa famille , roi dans sa cour, dur dans ses conseils , enfant dans celui de conscience, dupe de tout ce qui joue le prince, les ministres , les femmes et les dvots ; toujours gouvernant, et toujours gouvern, malheureux dans ses choix ,...
250 - Cette sixime campagne s'annonce par des prsages sinistres : quelle qu'en soit l'issue , nous aurons perdu de part et d'autre quelques milliers d'hommes de plus, et il faudra bien que l'on finisse par s'entendre, puisque tout a un terme , mme les passions haineuses.
265 - La loi agraire, ou le partage des campagnes, fut le vu instantan de quelques soldats sans principes, de quelques peuplades mues par leur instinct plutt que par la raison. Nous tendons quelque chose de plus sublime et de plus quitable. Le bien commun ou la communaut des biens ! Plus de proprit individuelle des terres : la terre n'est personne . Nous rclamons, nous voulons la jouissance communale des fruits de la terre : les fruits sont tout le monde.
134 - Un long intervalle s'tait coul depuis la dernire tenue des tats gnraux, et quoique la convocation de ces assembles part tre tombe en dsutude, je n'ai pas balanc rtablir un usage dont le royaume peut tirer une nouvelle force, et qui peut ouvrir la nation une nouvelle source de bonheur.
134 - Mais tout ce qu'on peut attendre du plus tendre intrt au bonheur public , tout ce qu'on peut demander un souverain , le premier ami de ses peuples , vous pouvez, vous devez l'esprer de mes sentiments.
128 - Que les vaisseaux neutres puissent naviguer librement de port en port et sur les ctes des nations en guerre.