La France et l'tranger, tudes de statistique compare, 106

 

 - 

.

-

65 - Les secours publics sont une dette sacre. La socit doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'exister ceux qui sont hors d'tat de travailler.
30 - Le peuple a t autrefois plus nombreux qu'il n'est prsentement ; c'est un fait constant. La preuve s'en tire des registres anciens des villes et des rles des tailles des paroisses, qui contiennent l'ensemble des feux, lesquels compars ceux d'aujourd'hui, la diminution s'y trouve assez considrable. Les causes gnrales de cette diminution, qui est de moiti dans quelques lections, du tiers ou du quart dans les autres, sont : la guerre, la mortalit de 1693, la chert des vivres,...
137 - État vraiment libre ne doit souffrir dans son sein aucune corporation, pas mme celles qui, voues l'enseignement public, ont bien mrit de la patrie...
35 - ... contre la libert des grains : c'tait une erreur conomique. Mais il faut reconnatre qu'elle pouvait invoquer en sa faveur de grandes autorits qui n'taient pas suspectes d'anarchie. Les principes de la Convention en cette circonstance n'taient autres que les principes mmes tablis par Necker dans son livre sur la Lgislation et le commerce des grains. Ces principes taient tout aussi bien ceux du protectionisme que du socialisme, deux doctrines si voisines l'une de l'autre.
442 - Dans tous les pays,, c est le proltaire qui abandonne sa vie au hasard, et hsite le moins donner cours ses apptits et ses penchants du moment. Le paysan, en France, par cela mme qu'il possde ou peut parvenir possder sa part du sol, n'est pas seulement laborieux, il est conome et prvoyant. Sur...
253 - Sont lecteurs, sans condition de cens, tous les Franais gs de vingt et un ans accomplis, jouissant de leurs droits civils et politiques. commune par le maire. Elle comprend, par ordre alphabtique : 1...
427 - ... c'est encore lui qui met le mieux profit le travail humain, parce que rpartissant ses occupations entre tous les membres de sa famille , il en rserve pour tous les jours de l'anne , de manire ce qu'il n'y ait de chmage pour personne ; de tous les cultivateurs il est le plus heureux , et en mme temps, sur un espace donn, la terre ne nourrit bien, sans s'puiser, et n'occupe jamais tant...
137 - Fourquevaux, et gnralement toutes les corporations religieuses et Congrgations sculires d'hommes et de femmes, ecclsiastiques ou laques, mme celles uniquement voues au service des hpitaux et au soulagement des malades...
28 - ... filles ou de veuves. Enfin, le mme nombre de veuves s'unit un nombre gal de garons ou de veufs ; et, ce qui est plus merveilleux encore, c'est que ces divers mariages se contractent absolument aux mmes ges ! O classer ce fait si grave, si funeste pour la socit, de la sduction, si ce n'est dans la srie des accidents, des causes fortuites, des ventualits les plus imprvues? Eh bien! chaque anne le mme nombre de filles trompes donne le jour au mme nombre d'enfants...
301 - C'est Bourbon qu'il envoie , le 27 fvrier 1673, seize filles de cet hpital , et soixante au Canada. Enfin, il ne se passe pas une seule anne qu'il ne soit fait mention , dans les registres de cet tablissement, d'une semblable expdition pour une colonie ou une autre. Quelquefois, il trouve trop faibles les filles de l'hpital gnral , et donne commission pour l'envoi de filles normandes, plus vigoureuses que les premires, et les dcide migrer par l'appt d'un tablissement...