L'Esprit des journaux franois et trangers, 9-10

1786
 

 - 

.

-

207 - LE MOIS DE MAI. LJE premier jour du mois de mai Fut le plus heureux de ma vie. Le beau dessein que je formai Le premier jour du mois de mai! Je vous vis, et je vous aimai. Si...
218 - Le prix , qui confifte en une mdaille d'or du poids de cinquante ducats , fera donn celui qui , au jugement de l'acadmie , aura le mieux ruffi. Les pices, crites d'un caractre lifible , feront adreflees M. le Confeiller priv Former , fecrtaile perptuel de l'acadmie...
135 - L'ABSENCE. J'Y songerai toute ma vie; Voil le lieu O ma tant belle et douce amie Me dit adieu. Chaque jour au mme bocage Je viens exprs, Et ne trouve sous le feuillage Que des regrets. Pourtant, moi qui suis tant...
335 - Inflrumens qu'on doit y employer d'aprs les expriences des Auteurs qui les ont imagines ; des Recettes , Pratiques , Procds , Mdicamens nouveaux , externes ou internes qui peuvent...
120 - Tong-king , o l'on ne trouve au moins un Temple lev Confucius. On y voit dans l'endroit le plus honorable , la ftatue de ce Philofophe , environne de celles de fes Difciples...
119 - ... il entendit quelques cris confus fortir du fond d'un rocher ; il s'avana vers ce lieu , & apperut une porte de fer qui fermoit l'entre d'une grotte. L'ayant fait rompre, il...
119 - Bonze , auteur du rapt , voulut enfuite , par une harangue pathtique , faire comprendre au Docteur combien Fo faifoit d'honneur toute fa famille , en jugeant fa fille digne de fa tendrefle & de fa fbcit.
119 - Or, le luxe, qui est l'abondance du superflu chez certains citoyens, suppose le manque du ncessaire chez beaucoup d'autres. Plus les riches mettent de chevaux leurs chars, plus il ya de gens qui vont pied; plus leurs maisons sont vastes et magnifiques , plus celles des pauvres sont petites et misrables ; plus leur table est couverte de mets , plus il ya de gens qui sont rduits uniquement
115 - ... et absolue; 2 la strilit; 3 l'adultre; 4 la jalousie; il s'agit ici d'une jalousie excessive qui porterait la...
129 - C'ett de tous les animaux le plus froce & le plus lger la courfe. Si l'on en rencontre quelqu'un, & que, pour fe drober fa fureur , on monte fur un arbre, l'animal poufle un certain cri, & l'inftant on en voit arriver plufieurs autres qui, tous enfemble, creufent la terre autourde l'arbre , le dracinent & le font tomber.