Les luttes de Moliere: Le mariage forc--La princesse d'Elide--Tartuffe--Dom Juan--L'amour mdecin--Le misanthrope

Librairie Hachette, 1925 - 247
 

 - 

.

-

223 - Dans ses faons d'agir il est fort singulier; Mais j'en fais, je l'avoue, un cas particulier, Et la sincrit dont son me se pique A quelque chose en soi de noble et d'hroque. C'est une vertu rare au sicle d'aujourd'hui, Et je la voudrais voir partout comme chez lui.
104 - Le devoir de la comdie tant de corriger les hommes en les divertissant, j'ai cru que, dans l'emploi o je me trouve, je n'avois rien de mieux faire que d'attaquer, par des peintures ridicules, les vices de mon sicle...
228 - Ce Philinte est le sage de la pice; un de ces honntes gens du grand monde dont les maximes ressemblent beaucoup celles des fripons; de ces gens si doux, si modrs, qui trouvent toujours que tout va bien, parce qu'ils ont intrt que rien n'aille mieux...
155 - Juan, mon matre, le plus grand sclrat que la terre ait jamais port, un enrag, un chien, un diable, un Turc, un hrtique, qui ne croit...
55 - Je voudrais bien savoir pourquoi les gens qui se scandalisent si fort de la comdie de Molire ne disent mot de celle de Scaramouche; quoi le prince rpondit: La raison de cela, c'est que la comdie de Scaramouche joue le ciel et la religion, dont ces messieurs-l ne se soucient point ; mais celle de Molire les joue eux-mmes; c'est ce qu'ils ne peuvent souffrir.
202 - Racine, la troupe ne crut pas devoir les parts d'auteur audit M. Racine, qui en usait si mal que d'avoir donn et fait apprendre la pice aux autres comdiens.
108 - Les hommes, la plupart, sont trangement faits ; Dans la juste nature on ne les voit jamais : La raison a pour eux des bornes trop petites, En chaque caractre ils passent ses limites ; MOLIÈRE.
50 - J'attends avec respect l'arrt que VOTRE MAJESTÉ daignera prononcer sur cette matire : mais il est trs assur, SIRE, qu'il ne faut plus que je songe faire des comdies, si les tartuffes ont l'avantage...
116 - J'ai employ pour cela deux actes entiers prparer la venue de mon sclrat. Il ne tient pas un seul moment l'auditeur en balance ; on le connat d'abord aux marques que je lui donne; et, d'un bout l'autre, il ne dit pas un mot, il ne fait pas une action qui ne peigne aux spectateurs le caractre d'un mchant homme, et ne fasse clater celui du vritable homme de bien que je lui oppose.
125 - H quoi ! vous ne ferez nulle distinction Entre l'hypocrisie et la dvotion? Vous les voulez traiter d'un semblable langage...