Les girondins: leur vie prive, leur vie publique, leur proscription et leur mort

Didier et cie, 1861 - 533
 

 - 

.

-

446 - D'ailleurs elle n'y prtendait pas, elle avait choisi cet habit comme symbole de la puret de son ame. Aprs sa condamnation, elle repassa dans le guichet avec une vitesse qui tenait de la joie. Elle indiqua par un signe dmonstratif qu'elle tait condamne mort. Associe un homme que le mme sort attendait , mais dont le courage n'galait pas le sien , elle parvint lui en donner avec une gaiet si douce et si vraie, qu'elle fit natre le rire sur ses lvres plusieurs reprises.
511 - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacr des droits et le plus indispensable des devoirs.
63 - Louis, ce fut le peuple lui-mme; ce furent tous les citoyens individuellement par le serment individuel qu'ils prtrent de maintenir la Constitution. Aujourd'hui, vous pouvez dclarer, comme un principe d'ternelle vrit, que la promesse d'inviolabilit faite Louis par le peuple ne fut point obligatoire pour le peuple; mais au peuple seul il appartient de dclarer qu'il ne veut pas tenir sa promesse.
46 - Vous voulez prononcer sur le sort de Louis; et c'est vousmmes qui l'accusez! Vous voulez prononcer sur le sort de Louis; et vous avez dj mis votre vu! Vous voulez prononcer sur le sort de Louis; et vos opinions parcourent l'Europe! Louis sera donc le seul Franais pour lequel il n'existera aucune loi ni aucune forme?
390 - ... moment , les grces de son esprit et de sa figure, rendaient plus odieuse la rage de leurs ennemis. Ducos s'tait sacrifi pour son frre et s'tait rendu en prison pour partager son sort. Souvent ils s'embrassaient et puisaient dans ces embrassements des forces nouvelles.
184 - J'aurais voulu qu'il ne ft que des heureux. La Convention est le centre autour duquel doivent se rallier tous les citoyens. Peut-tre que leurs regards ne se fixent pas toujours sur elle sans inquitude et sans effroi. J'aurais voulu qu'elle ft le centre de toutes les affections et de toutes les esprances. On a cherch consommer la Rvolution par la terreur, j'aurais voulu la consommer par l'amour.
67 - N'avez-vous pas entendu dans cette enceinte et ailleurs des hommes crier avec fureur : Si le pain est cher la cause en est au Temple ; si le numraire est rare , si nos armes sont mal approvisionnes, la cause en est au Temple...
187 - Mais il ne s'agit pas ici de votre salut personnel, vous tes les reprsentants du peuple : il y va du salut de la Rpublique : vous tes les dpositaires de sa libert et de sa gloire. Si vous tes dissous, l'anarchie vous succde et le despotisme succde l'anarchie. Tout homme qui conspire contre vous est l'alli de l'Autriche. Vous en tes convaincus, puisque vous avez dcrt qu'il serait puni de mort. Voulez-vous tre consquents, faites excuter votre dcret ou rapportez-le,...
236 - ... de le gurir. En effet, admettre un tel projet , ne serait-ce pas justifier ces plaintes d'oppression que depuis quelque temps on renouvelle avec tant d'indcence, d'affectation et d'atrocit? Ne serait-ce pas mettre la minorit en tat de rvolte habituelle contre la majorit , et mettre ainsi vous-mmes dans la main de vos ennemis le moyen de raliser leurs liberticides complots? Ne serait-ce pas enfin provoquer cette purgation pridienne aprs laquelle on soupire avec tant d'ardeur?...
69 - Ah ! si telle tait leur audace, il ne paratrait que pour tre l'instant perc de mille coups. Mais quelles horreurs ne serait pas livr Paris ? Paris dont la postrit admirera le courage hroque contre les rois et ne concevra jamais l'ignominieux asservissement une poigne de brigands, rebut de l'espce humaine, qui s'agitent dans son sein et le dchirent en...