Histoire abrge de l'Église, pour servir de suite l'Histoire de la religion avant J.C. Proyart

 

 - 

.

-

460 - Quelqu'un parmi vous est-il malade? qu'il appelle les prtres de l'Eglise , et qu'ils prient sur lui en l'oignant d'huile au nom du Seigneur. Et la prire de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le soulagera ; et s'il a commis des pchs , ils lui seront remis *. Toute la tradition chrtienne a vu dans ces dernires paroles le sacrement de l'extrme-onction.
537 - Et moi je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je btirai mon Eglise, et les portes de l'enfer ne prvaudront point contre elle.
337 - ... absous du serment de fidlit; et que cette doctrine, ncessaire pour la tranquillit publique, et non moins avantageuse l'Église qu' l'État, doit tre inviolablement suivie, comme conforme la parole de Dieu, la tradition des saints Pres et aux exemples des saints.
239 - Dieu selon l'humanit, pour nous et pour notre salut; un seul et mme Jsus-Christ fils unique, seigneur en deux natures, sans confusion, sans changement, sans division, sans sparation, sans que l'union te la diffrence des natures : au contraire la proprit de chacune est conserve, et concourt en une seule personne et...
78 - Combien de fois le peuple, sans attendre vos ordres, ne nous accable-t-il pas de pierres, et ne met-il pas le feu nos maisons? Dans la fureur des bacchanales on n'pargne pas mme les morts : oui, l'asile de la mort est viol. Du fond des tombeaux o ils reposent, on arrache les cadavres des chrtiens, quoique mconnaissables, quoique dj corrompus , pour leur insulter et les mettre en pices.
336 - Paul ne peut en rien tre altr ou branl: que toute personne soit soumise aux puissances suprieures; car il n'ya point de puissance qui ne vienne de dieu, et c'est lui qui ordonne celles qui sont sur la terre; celui donc qui s'oppose aux puissances rsiste l'ordre de dieu.
90 - C'est moi qui souffre maintenant ce que je souffre , mais l il y en aura un autre en moi , qui souffrira pour moi parce que je souffrirai pour lui.
565 - ... moindre insulte notre commune religion, ou qui osera se permettre le plus lger outrage envers vos personnes sacres. Mon intention formelle est que la religion chrtienne, catholique et romaine soit conserve dans son entier, qu'elle soit publiquement exerce, et qu'elle jouisse de cet exercice public avec une libert aussi pleine, aussi tendue, aussi inviolable qu' l'poque o j'entrai pour la premire fois dans ces heureuses contres.