uvres de Jean Racine..: Iphignie

De l'Imprimerie de A. Belin., 1810
 

 - 

.

-

133 - Oui , prince , je languis , je brle pour Thse : Je l'aime, non point tel que l'ont vu les enfers, Volage adorateur de mille objets divers , Qui va du dieu des morts dshonorer la couche; Mais fidle, mais fier, et mme un peu farouche, Charmant , jeune , tranant tous les curs aprs soi , Tel qu'on dpeint nos dieux , ou tel que je vous voi.
161 - Misrable! et je vis! et je soutiens la vue De ce sacr Soleil dont je suis descendue ! J'ai pour aeul le pre et le matre des dieux ; Le ciel , tout l'univers est plein de mes aeux : O me cacher?
162 - Hlas ! Du crime affreux dont la honte me suit, Jamais mon triste cur n'a recueilli le fruit.
195 - Cependant mon amour pour notre nation A rempli ce palais de filles de Sion , Jeunes et tendres fleurs par le sort agites, Sous un ciel tranger comme moi transplantes. Dans un lieu spar de profanes tmoins, Je mets les former mon tude et mes soins ; Et c'est l que, fuyant l'orgueil du diadme, Lasse des vains honneurs et me cherchant moi-mme, Aux pieds de l'Éternel je viens m'humilier, Et goter le plaisir de me faire oublier.
75 - Non, je ne l'aurai point amene au supplice, Ou vous ferez aux Grecs un double sacrifice. Ni crainte, ni respect ne m'en peut dtacher . De mes bras tout sanglants il faudra l'arracher. Aussi barbare poux qu'impitoyable pre, Venez, si vous l'osez, la ravir sa mre ! Et vous, rentrez, ma fille, et du moins mes lois Obissez encor pour la dernire fois.
283 - Sa vue a ranim mes esprits abattus ; Mais lorsque, revenant de mon trouble funeste, J'admirais sa douceur, son air noble et modeste, J'ai senti tout coup un homicide acier Que le tratre en mon sein a plong tout entier.
143 - Vont prendre la parole, et prts m'accuser, Attendent mon poux pour le dsabuser. Mourons. De tant d'horreurs qu'un trpas me dlivre. Est-ce un malheur si grand que de cesser de vivre? La mort aux malheureux ne cause point d'effroi.
173 - Hippolyte Voit voler en clats tout son char fracass ; Dans les rnes lui-mme il tombe embarrass. Excusez ma douleur ; cette image cruelle Sera pour moi de pleurs une source ternelle. J'ai vu, seigneur, j'ai vu votre malheureux fils, Tran par les chevaux que sa main a nourris.
113 - Ah ! s'il vous faut rougir, rougissez d'un silence Qui de vos maux encore aigrit la violence...
274 - De ce jour jamais auguste et renomm , Quand, sur ton sommet enflamm, Dans un nuage pais le Seigneur enferm Fit luire aux yeux mortels un rayon de sa gloire. Dis-nous pourquoi ces feux et ces clairs , Ces torrents de fume, et ce bruit dans les airs, Ces trompettes et ce tonnerre : Venait-il renverser l'ordre des lments ? Sur ses antiques fondements Venait-il branler la terre?