Petit tableau littraire de la France, extr. suivis de notes. Servant de suite au 'Traducteur'. [Ed. by] P.F. Merlet

Pierre Franois Merlet
1833
 

 - 

.

453 - Un mal qui rpand la terreur, Mal que le Ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom) Capable d'enrichir en un jour l'Achron, Faisait aux animaux la guerre.
455 - A ces mots on cria haro sur le baudet. Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue Qu'il fallait dvouer ce maudit animal, Ce pel, ce galeux, d'o venait tout leur mal. Sa peccadille fut juge un cas pendable. Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable ! Rien que la mort n'tait capable D'expier son forfait. On le lui fit bien voir. Selon que vous serez puissant ou misrable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.
441 - Ds qu'on voit qu'on nous mle avec tout l'univers : Sur quelque prfrence une estime se fonde, Et c'est n'estimer rien qu'estimer tout le monde.
345 - L'orage a bris le chne Qui seul tait mon soutien ; De son inconstante haleine Le zphyr ou l'aquilon Depuis ce jour me promne De la fort la plaine, De la montagne au vallon . Je vais o le vent me mne; Sans me plaindre ou m'effrayer ; Je vais o va toute chose, O va la feuille de rose, Et la feuille de laurier.
190 - ... il ne fait point rire : il applaudit , il sourit ce que les autres lui disent , il est de leur avis ; il court, il vole pour leur rendre de petits services; il est complaisant, flatteur, empress: il est mystrieux sur ses affaires, quelquefois menteur ; il est superstitieux , scrupuleux , timide ; il marche doucement et lgrement , il semble craindre de fouler la terre ; il marche les yeux baisss, et il n'ose les lever sur ceux qui passent. Il n'est jamais du nombre de ceux qui forment...
379 - Tremble, m'at-elle dit, fille digne de moi ; Le cruel Dieu des Juifs l'emporte aussi sur toi. Je te plains de tomber dans ses mains redoutables, Ma fille. En achevant ces mots pouvantables, Son ombre vers mon lit a paru se baisser ; Et moi je lui tendais les mains pour l'embrasser ; Mais je n'ai plus trouv qu'un horrible mlange D'os et de chairs meurtris, et trans dans la fange, Des lambeaux pleins de sang, et des membres affreux Que des chiens dvorants se disputaient entre eux.
390 - A travers les rochers la peur les prcipite; L'essieu crie et se rompt : l'intrpide Hippolyte Voit voler en clats tout son char fracass ; Dans les rnes lui-mme, il tombe embarrass.
438 - Qui, brlants et priants, demandent chaque jour, Et prchent la retraite au milieu de la cour; Qui savent ajuster leur zle avec leurs vices, Sont prompts, vindicatifs, sans foi, pleins d'artifices, Et, pour perdre quelqu'un, couvrent insolemment De l'intrt du ciel leur fier ressentiment; D'autant plus dangereux dans leur pre colre Qu'ils prennent contre nous des armes qu'on rvre , Et que leur passion , dont on leur sait bon gr , Veut nous assassiner avec un fer sacr: De ce faux...
391 - Mon pre, Cessez de vous troubler, vous n'tes point trahi. Quand vous commanderez, vous serez obi. Ma vie est votre bien. Vous voulez le reprendre : Vos ordres sans dtour pouvaient se faire entendre.
390 - Cependant sur le dos de la plaine liquide S'lve gros bouillons une montagne humide; L'onde approche, se brise, et vomit nos yeux, Parmi 1 des flots d'cume, un monstre furieux.