Google YouTube Gmail Drive »
 
" Puis ayant dit mes petites prieres latines, je promets et atteste, devant Dieu et les hommes, que je sentois tout coup venir une chaleur au cur et aux membres, de sorte que je ne l'avois pas acheve que je ne me sentisse tout autre que quand je... "
Revue des deux mondes - 233
1849
-

Collection des mmoires relatifs l'histoire de France: ... [sr ..., 22

Alexandre Petitot, Louis-Jean-Nicolas Monmerqu - 1822
...: ta volont soit faute, je remets le tout ta divine bont. Puis ayant dit mes petites prieres latines, je promets et atteste, devant Dieu et les...sentisse tout autre que quand je l'avois commence: je ne sentois plus de peur, de faon que l'entendement me revenoit, et avec une grand promptitude et...
-

Collection complete des mmoires relatifs l'histoire de France ..., 22

Petitot (M., Claude-Bernard) - 1822
...ta volont soit failte, je remets le tout ta divine bont. Puis ayant dit mes petites prieres latines, je promets et atteste, devant Dieu et les...sentisse tout autre que quand je l'avois commence : je ne sentois plus de peur, de faon que l'entendement me revenoit, et avec une grand promptitude et...
-

Commentaires, 3

Blaise Monluc (seigneur de) - 1822
...faitte, je remets le tout ta divine bont. Puis ayant dit mes petites prieres latines, je projmets et atteste, devant Dieu et les hommes, que je sentois...sentisse tout autre que quand je l'avois commence: je ne sentois plus de peur, de faon que l'entendement me revenoit, et avec une grand promptitude et...
-

Choix de chroniques et mmoires sur l'histoire, 12

Jean Alexandre C. Buchon - 1836
...reche relie avec tant de prils. Je ne te demande point la vie, car je veux tout ce qu'il teplaist : ta volont soit faite, je remets le tout ta divine...sentisse tout autre que quand je l'avois commence : je ne sentois plus de 'peur , de faon que l'entendement me revenoit. et avec une grand prompl itude...
-

Nouvelle collection des mmoires pour servir a l'histoire de France: depuis ...

Joseph Fr. Michaud, Jean Joseph Franois Poujoulat - 1838
..., que je sentois tout coup venir une chaleur au cur et aux membres , de sorte que je ne Pavois pas acheve que je ne me sentisse tout autre que quand je l'avois commence : je ne sentois plus de peur, de faon que l'entendement me revenoit , et avec une grande promptitude et...
-

Études historiques

Eugne Forcade - 1853 - : 428
...sentois le cur et les membres s'affaiblir et trembler (ne faisons pas les braves, l'apprehension de la mort vient devant les yeux) ; mais comme j'avois...continent, on la pratiquait encore le plus souvent au xvic sicle, mais comme on ne la faisait presque plus au XVHC. Pour en avoir une ide, puisque j'ai...
-

Histoire de la Rformation franaise, 3

Franois Puaux - 1859
...nommes que je sentais tout coup une chaleur venir au cur et aux membres, de sorte que je ne l'avais pas acheve que je ne me sentisse tout autre que quand je l'avais commence. Je ne sentais plus de peur de faon que l'entendement me revenait, et avec une...
-

Commentaires et lettres de Blaise de Monluc: marchal de France, 3

Blaise Monluc (seigneur de) - 1867
...ce qu'il te plaist : ta volont soit faicte, je remets le tout ta divine bont. Puis ayant dict mes petites prires latines, je promets et atteste,...sentisse tout autre que quand je l'avois commence : je ne sentois plus de peur, de faon que l'entendement me revenoit, et avec une grande promptitude et...
-

Socit de l'histoire de France, 140

1867
...qu'il te plaist : ta volont soit faicte, je remets le tout ta divine bont'. Puis ayant dict mes petites prires latines, je promets et atteste,...sentisse tout autre que quand je l'avois commence : je ne sentois plus de peur, de faon que l'entendement me revenoit, et avec une grande promptitude et...
-

Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, marchal de France ..., 3

Blaise de Lasseran-Massencome Montluc - 1867
...ce quil te plaist : ta volont soit faicte, je remets le tout ta divine bont. Puis ayant dict mes petites prires latines, je promets et atteste,...sentisse tout autre que quand je l'avois commence : je ne sentois plus de peur, de faon que l'entendement me revenoit, et avec une grande promptitude et...
-




  1. PDF