Histoire de la rvolution franaise, depuis 1789 jusqu'en 1814

 

 - 

.

63 - Eh bien! dites au roi que les hordes trangres dont nous sommes investis ont reu hier la visite des princes, des princesses, des favoris, des favorites, et leurs caresses, et leurs exhortations, et leurs prsents; dites-lui que, toute la nuit, ces satellites trangers, gorgs d'or et de vin, ont prdit dans leurs chants impies l'asservissement de la France, et que leurs vux brutaux invoquaient la destruction de l'Assemble nationale; dites-lui que, dans son palais mme, les courtisans...
314 - Si le ressort du gouvernement populaire dans la paix est la vertu, le ressort du gouvernement populaire en rvolution est la fois la vertu et la terreur : la vertu, sans laquelle la terreur est funeste ; la terreur, sans laquelle la vertu est impuissante.
62 - Paris : il n'est pas possible de croire que les ordres qui ont t donns aux troupes en soient la cause. Vous savez la rponse que j'ai faite votre prcdente dputation ; je n'ai rien y ajouter.
292 - C'est coups de canon qu'il faut signifier la Constitution nos ennemis ! C'est l'instant de faire ce grand et dernier serment, que nous nous vouons tous la mort, ou que nous anantirons les tyrans!
507 - Russie, cent vingt pices de canon, vingt gnraux, plus de trente mille prisonniers, sont le rsultat de cette journe jamais clbre. Cette infanterie tant vante, et en nombre suprieur, n'a pu rsister votre choc, et dsormais vous n'avez plus de rivaux redouter.
101 - Et certes, il n'y avait autour de nous ni Catilina, ni prils, ni factions, ni Rome... Mais aujourd'hui la banqueroute, la hideuse banqueroute est l ; elle menace de consumer, vous, vos proprits, votre honneur... et vous dlibrez!
278 - A peine at-il achev, que les ptitionnaires insurgs viennent demander son arrestation et celle de ses collgues. " Citoyens," disent-ils en finissant, "le peuple est las de voir ajourner son bonheur, il le laisse encore un instant dans vos mains ; sauvezle, ou nous vous dclarons qu'il va se sauver luimme ! " La droite demande l'ordre du jour sur la ptition des insurgs.
463 - Qu'avez-vous fait de cette France que je vous ai laisse si brillante? Je vous ai laiss la paix, j'ai retrouv la guerre; je vous ai laiss des victoires , j'ai retrouv des revers; je vous ai laiss les millions de l'Italie, et j'ai trouv partout des lois spoliatrices et de la misre. Qu'avez-vous fait de cent mille Franais que je connaissais tous, mes compagnons de gloire?
246 - ... deux heures, je suis occup rechercher si, dans le cours de mon rgne , j'ai pu mriter de mes sujets le plus lger reproche : eh bien ! monsieur de Malesherbes, je vous le jure dans toute la vrit de mon cur, comme un homme qui va paratre devant Dieu, j'ai constam ment voulu le bonheur du peuple, et jamais je n'ai form un vu qui lui ft contraire.
310 - Fuyait-on au contraire la popularit, et se tenait-on au coin de son feu, cette vie retire vous avait fait remarquer, vous avait donn de la considration.