Mthode Berlitz: Troisime livre, 3

Berlitz & Cie, 1889 - 83
 

 - 

.

-

62 - J'arrive , je l'appelle ; et me tendant la main , II ouvre un il mourant qu'il referme soudain : * Le ciel, dit-il , m'arrache une innocente vie. Prends soin aprs ma mort de la triste Aricie. Cher ami , si mon pre un jour dsabus Plaint le malheur d'un fils faussement accus, Pour apaiser mon sang et mon ombre plaintive, Dis-lui qu'avec douceur il traite sa Captive;
11 - En vain contre le Cid un ministre se ligue : Tout Paris pour Chimne a les yeux de Rodrigue.
45 - L'attelage suait, soufflait, tait rendu. Une mouche survient, et des chevaux s'approche, Prtend les animer par son bourdonnement, Pique l'un, pique l'autre, et pense tout moment Qu'elle fait aller la machine ; S'assied sur le timon, sur le nez du cocher.
76 - Sitt que d'Apollon un gnie inspir Trouve loin du vulgaire un chemin ignor, En cent lieux contre lui les cabales s'amassent: Ses rivaux obscurcis autour de lui croassent ; Et son trop de lumire , importunant les yeux , De ses propres amis lui fait des envieux. La mort seule ici-bas, en terminant sa vie, Peut calmer sur son nom...
12 - Je suis jeune, il est vrai : mais aux mes bien nes La valeur n'attend point le nombre des annes.
64 - Mme elle avait encore cet clat emprunt, Dont elle eut soin de peindre et d'orner son visage, Pour rparer des ans l'irrparable outrage. Tremble, m'at-elle dit, fille digne de moi. Le cruel Dieu des Juifs l'emporte aussi sur toi. je te plains de tomber dans ses mains redoutables, Ma fille.
54 - Ah! fallait-il en croire une amante insense? Ne devais-tu pas lire au fond de ma pense? Et ne voyais-tu pas, dans mes emportements, Que mon cur dmentait ma bouche tous moments ? Quand je l'aurais voulu, fallait-il y souscrire?
74 - Au pied du mont Adule 3 , entre mille roseaux , Le Rhin tranquille , et fier du progrs de ses eaux , Appuy d'une main sur son urne penchante , Dormait au bruit flatteur de son onde naissante , Lorsqu'un cri , tout coup suivi de mille cris , Vient d'un calme si doux retirer ses esprits.
42 - Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages : Tout Bourgeois veut btir comme les grands Seigneurs, Tout petit Prince a des Ambassadeurs, Tout Marquis veut avoir des Pages.
45 - C'tait bien de chansons qu'alors il s'agissait! Dame mouche s'en va chanter leurs oreilles, Et fait cent sottises pareilles. Aprs bien du travail, le coche arrive au haut. Respirons maintenant! dit la mouche aussitt : J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine. Ça, messieurs les chevaux, payez-moi de ma peine.