Histoire de la querelle des anciens et des modernes

L. Hachette et cie., 1856 - 490
 

 - 

.

-

53 - De sorte que toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de sicles, doit tre considre comme un mme homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement...
167 - La nature a entre les mains une certaine pte qui est toujours la mme, qu'elle tourne et retourne sans cesse en mille faons, et dont elle forme les hommes, les animaux, les plantes ; et certainement elle n'a point form Platon, Dmosthne ni Homre d'une argile plus fine ni mieux prpare que nos philosophes, nos orateurs et nos potes d'aujourd'hui.
53 - Ceux que nous appelons anciens taient vritablement nouveaux en toutes choses, et formaient l'enfance des hommes proprement; et comme nous avons joint leurs connaissances l'exprience des sicles qui les ont suivis, c'est en nous que l'on peut trou^er cette antiquit que nous rvrons dans les autres.
155 - On se nourrit des anciens et des habiles modernes; on les presse, on en tire le plus que l'on peut, on en renfle ses ouvrages : et quand enfin l'on est auteur et que l'on croit marcher tout seul, on s'lve contre eux, on les maltraite, semblable ces enfants drus* et forts d'un bon lait qu'ils ont suc, qui battent leur nourrice". Un auteur moderne...
128 - ... sont l que les dehors de l'homme, et tout cela change : mais le cur ne change point et tout l'homme est dans le cur. On est ignorant dans un sicle, mais la mode d'tre savant peut venir; on est intress, mais la mode d'tre dsintress ne viendra point.
96 - D'ornements gays ne sont point susceptibles : L'vangile l'esprit n'offre de tous cts Que pnitence faire et tourments mrits; Et de vos fictions le mlange coupable Mme ses vrits donne l'air de la fable.
123 - ... ainsi que le musicien chante et que le joueur de luth touche son luth devant les personnes qui il a t promis, Cydias, aprs avoir touss, relev sa manchette, tendu la main et ouvert les doigts, dbite gravement ses penses quintessencies et ses raisonnements sophistiqus.
44 - ... de tels prcepteurs comme tu as eu. Le temps tait encore tnbreux et sentant l'inflicit et calamit des Goths, qui avaient mis destruction toute bonne littrature.
51 - ... d'une infinit de maladies tant du corps que de l'esprit, et mme aussi peut-tre de l'affaiblissement de la vieillesse, si on avait assez de connaissance de leurs causes et de tous les remdes dont la nature nous a pourvus.
148 - Trence est dans mes mains; je m'instruis dans Horace, Homre et son rival sont mes dieux du Parnasse. Je le dis aux rochers; on veut d'autres discours : Ne pas louer son sicle est parler des sourds.