Histoire de Louis XVI: avec les anecdotes de son rgne, 2

 

 - 

.

-

425 - Oui, monsieur, nous avons entendu les intentions qu'on a suggres au roi, et vous, qui ne sauriez tre son organe auprs des États Gnraux, vous qui n'avez ici ni place, ni voix, ni droit de parler, vous n'tes pas fait pour nous rappeler son discours.
422 - ... et connaissant vos cahiers, connaissant l'accord parfait qui existe entre le vu le plus gnral de la Nation et mes intentions bienfaisantes, j'aurai toute la confiance que doit inspirer une si rare harmonie, et je marcherai vers le but auquel je veux atteindre avec tout le courage et la fermet qu'il doit m'inspirer.
408 - L'Assemble nationale, considrant qu'appele fixer la constitution du royaume, oprer la rgnration de l'ordre public, et maintenir les vrais principes de la monarchie, rien ne peut empcher qu'elle ne continue ses dlibrations, dans quelque lieu qu'elle soit force de s'tablir, et qu'enfin partout o ses membres sont runis l est l'Assemble nationale...
378 - C'est dans cette confiance , Messieurs , que je vous ai rassembls , et je vois avec sensibilit qu'elle a dj t justifie par les dispositions que les deux premiers ordres ont montres renoncer leurs privilges pcuniaires.
455 - Le danger est pour le peuple des provinces. Une fois alarm sur notre libert, nous ne connaissons plus de frein qui puisse le retenir. La distance seule grossit tout, exagre tout, double les inquitudes, les aigrit, les envenime.
453 - Lorsque des troupes s'avancent de toutes parts, que des camps se forment autour de nous, que la capitale est investie, nous nous demandons avec tonnement : Le roi s'est-il mfi de la fidlit de ses peuples? S'il avait pu en douter, n'aurait-il pas vers dans notre cur ses chagrins paternels?
452 - Sire , vous avez invit l'assemble nationale vous tmoigner sa confiance ; c'tait aller au-devant du plus cher de ses vux. Nous venons dposer dans le sein de Votre Majest les plus vives alarmes; si nous en tions l'objet, si nous avions la faiblesse de craindre pour nous-mmes, 'votre bont daignerait encore nous rassurer, et mme, en nous blmant d'avoir dout de vos intentions, vous accueilleriez nos inquitudes; vous en dissiperiez la cause ; vous ne laisseriez point d'incertitude...
415 - C'est dans cette rsolution. Messieurs , que je vous rassemble de nouveau autour de moi ; c'est comme le pre commun de tous mes sujets , c'est comme le dfenseur des lois de mon royaume , que je viens vous en retracer le vritable esprit, et rprimer les atteintes qui ont pu y tre portes.
414 - Peuples, lorsque j'avais pris la rsolution de vous rassembler ; lorsque j'avais surmont toutes les difficults dont votre convocation tait entoure ; lorsque j'tais all, pour ainsi dire, au-devant des vux de la Nation, en manifestant l'avance ce que je voulais faire pour son bonheur.
423 - C'est moi , jusqu' prsent, qui fais tout le bonheur de mes peuples ; et il est rare peut-tre que l'unique ambition d'un souverain soit d'obtenir de ses sujets qu'ils s'entendent enfin pour accepter ses bienfaits. Je vous ordonne, messieurs , de vous sparer tout de suite , et de vous rendre demain matin chacun dans les chambres affectes votre ordre , pour y reprendre vos sances. J'ordonne en consquence au grand-matre des crmonies de faire prparer les salles...