uvres de Fnelon, archevque de Cambrai, 1

Fnelon's subjects range from polemics and philosophy to educational reform, and the doctrine of Quietism.
 

 - 

.

-

26 - Ainsi , ce qui parat le plus nous , et tre le fond de nousmmes , je veux dire notre raison , est ce qui nous est le moins propre , et qu'on doit croire le plus emprunt. Nous recevons sans cesse et tout moment une raison suprieure nous, comme nous respirons sans cesse l'air, qui est un corps tranger, ou comme nous voyons sans cess tous les objets voisins de nous la lumire du soleil , dont les rayons sont des corps trangers nos yeux.
205 - J[sus]-C[hrist], je vous rends gloire de ce que vous avez cach ces choses aux sages et aux prudents, et que vous les avez rvles aux petits.
27 - Ainsi tout porte en nous la marque d'une raison subalterne, borne, participe, emprunte, et qui a besoin qu'une autre la redresse chaque moment. Tous les hommes sont raisonnables de la mme raison, qui se communique eux selon divers degrs : il ya un certain nombre de sages; mais la sagesse , o ils puisent comme dans la source , et qui les fait ce qu'ils sont , est unique.
6 - C'est par ce chemin sans traces, au travers des abmes , que l'ancien monde donne la main au nouveau, et que le nouveau prte l'ancien tant de commodits et de richesses. Les eaux, distribues avec tant d'art, font une circulation dans la terre, comme le sang circule dans le corps humain. Mais , outre cette circulation perptuelle de l'eau , il ya encore le flux et le reflux de la mer.
216 - Donnez-nous aujourd'hui notre pain de chaque jour ; pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons ceux qui nous ont offenss ; et ne nous laissez pas succomber la tentation ; mais dlivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.
27 - Il ya un soleil des esprits , qui les claire tous beaucoup mieux que le soleil visible n'claire les corps : ce soleil des esprits nous donne tout ensemble et sa lumire et l'amour de sa lumire pour la chercher. Ce soleil de vrit ne laisse aucune ombre, et il luit en mme temps dans les deux hmisphres : il brille autant sur nous la nuit que le jour : ce n'est point au dehors qu'il rpand ses rayons : il habite en chacun de nous.
105 - Le principe fondamental de toule raison tant pos , je soutiens que notre libre arbitre est une de ces vrits dont tout homme qui n'extravague pas a une ide si claire , que l'vidence en est invincible. On peut bien disputer du bout des lvres, et par passion, contre cette vrit , dans une cole , comme les pyrrhoniens ont disput ridiculement sur la vrit de leur propre existence , pour douter de tout sans exception...
94 - Juifs, n'adore qu'un seul Dieu, crateur du ciel et de la terre; sa loi essentielle , laquelle tout son culte se rapporte , l'oblige aimer Dieu de tout son cur, de toute son me, de toute sa pense et de toutes ses forces.
461 - Il arrive mme d'ordinaire que, quand on a tant de diffrens conseils, on ne suit que le sien propre, par la ncessit o l'on se trouve de choisir, entre tous ceux que l'on a reus d'autrui. Je conviens nanmoins qu'outre les conseils d'un sage directeur, on peut, en diverses occasions, prendre des avis pour les affaires temporelles, qu'un autre peut voir de plus prs que le directeur. Mais je reviens dire, qu'except la conduite spirituelle, pour laquelle on se soumet un bon directeur,...
42 - Les bois, les montagnes ont eu leurs divinits particulires. Les fleurs ont eu Flore, et les fruits Pomone. Plus on contemple sans prvention toute la nature, plus on y dcouvre partout un fonds inpuisable de sagesse, qui est comme l'me de l'univers. Que s'ensuit-il de l? La conclusion vient d'elle-mme. S'il faut tant de sagesse et de pntration, dit Minutius Flix...