Histoire de la rvolution franaise: depuis 1789 jusqu'en 1814, 1

 

 - 

.

-

350 - Mais j'ai t appel deux fois au conseil de celui qui fut mon matre, dans le temps que cette fonction tait ambitionne par tout le monde; je lui dois le mme service, lorsque c'est une fonction que bien des gens trouvent dangereuse.
41 - Puisse, messieurs, un heureux accord rgner dans cette assemble, et cette poque devenir jamais mmorable pour le bonheur et la prosprit du royaume ! c'est le souhait de mon cur, c'est le plus ardent de mes vux, c'est enfin le prix que j'attends de la droiture de mes intentions et de mon amour pour mes peuples.
397 - Oui, je vais conclure, et contre vous; contre vous qui , aprs la rvolution du 10 aot , avez voulu conduire l'chafaud ceux qui l'ont faite ; contre vous qui n'avez cess de provoquer la destruction de Paris ; contre vous qui avez voulu sauver le tyran ; contre vous qui avez conspir avec Dumouriez; contre vous, qui avez poursuivi avec acharnement les mmes patriotes dont Dumouriez demandait la tte...
149 - Et certes, il n'y avait autour de nous ni Catilina, ni prils, ni factions, ni Rome Mais aujourd'hui la banqueroute , la hideuse banqueroute est l ; elle menace de consumer vous, vos proprits, votre honneur..., et vous dlibrez...
303 - canon que vous entendez, dit-il, n'est point le canon d'alarme; c'est le pas de charge sur nos ennemis. Pour les vaincre, pour les atterrer, que faut-il? De l'audace, encore de l'audace, et toujours de l'audace.
352 - Je m'arrte devant l'histoire ; songez qu'elle jugera votre jugement, et que le sien sera celui des sicles.
170 - ... dcrte par l'Assemble nationale, et accepte par le Roi; de protger conformment aux lois, la sret des personnes et des proprits; la...
92 - Dites-lui que ce Henri dont l'univers bnit la mmoire, celui de ses aeux qu'il voulait prendre pour modle, faisait passer des vivres dans Paris rvolt, qu'il assigeait en personne ; et que ses conseillers froces font rebrousser " les farines que le commerce apporte dans Paris fidle et affam.
260 - Cette tte est l'arbre gnalogique de la nation , et devant ce chne robuste le faible roseau doit plier. Nous nous plaignons, Messieurs, de l'inaction de nos armes. Nous demandons que vous en pntriez la cause. Si elle drive du pouvoir excutif, qu'il soit ananti. Le sang des patriotes ne doit point couler pour satisfaire l'orgueil et l'ambition du chteau perfide des Tuileries.
346 - Vous n'tes, vous ne pouvez tre que des hommes d'tat, et les reprsentants de la nation. Vous n'avez point une sentence rendre pour ou contre un homme , mais une mesure de salut public prendre, un acte de providence nationale exercer.