Leons et modles de posie franaise; or, Choice selections from the best French poets, with annotations by C.J. Delille

Charles Jean Delille
1841
 

 - 

.

4 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir. Et rduisit la Muse aux rgles du devoir.
100 - Misrable! et je vis! et je soutiens la vue De ce sacr soleil dont je suis descendue! J'ai pour aeul le pre et le matre des dieux ; Le ciel, tout l'univers est plein de mes aeux : O me cacher?
5 - Sans la langue, en un mot , l'auteur le plus divin Est toujours, quoi qu'il fasse, un mchant crivain.
67 - Je suis matre de moi comme de l'univers ; Je le suis, je veux l'tre. O sicles! mmoire ! Conservez jamais ma dernire victoire ; Je triomphe aujourd'hui du plus juste courroux De qui le souvenir puisse aller jusqu' vous. Soyons amis, Cinna, c'est moi qui t'en convie...
102 - Tout son corps est couvert d'cailles jaunissantes. Indomptable taureau, dragon imptueux, Sa croupe se recourbe en replis tortueux ; Ses longs mugissements font trembler le rivage, Le ciel avec horreur voit ce monstre sauvage ; La terre s'en meut, l'air en est infect, Le flot qui l'apporta recule pouvant.
124 - Pleure, Jrusalem, pleure, cit perfide, Des prophtes divins malheureuse homicide : De son amour pour toi ton Dieu s'est dpouill; Ton encens, ses yeux, est un encens souill. O menez-vous ces enfants et ces femmes...
123 - Mais d'o vient que mon cur frmit d'un saint effroi ? Est-ce l'esprit divin qui s'empare de moi ? C'est lui-mme ; il m'chauffe ; il parle ; mes yeux s'ouvrent, Et les sicles obscurs devant moi se dcouvrent.
415 - L'augmenteront toujours ? Le malheur de ta fille au tombeau descendue Par un commun trpas, Est-ce quelque ddale o ta raison perdue Ne se retrouve pas ? Je sais de quels appas son enfance tait pleine ; Et n'ai pas entrepris, Injurieux ami, de soulager ta peine Avecque son mpris.
104 - Je viens, selon l'usage antique et solennel, . Clbrer avec vous la fameuse journe O sur le mont Sina la loi nous fut donne. Que les temps sont changs ! Sitt que de ce jour La trompette sacre annonait le retour, Du temple, orn partout de festons magnifiques, Le peuple saint en foule inondait les portiques...
92 - Un prtre , environn d'une foule cruelle , Portera sur ma fille une main criminelle ! Dchirera son sein ! et d'un il curieux Dans son cur palpitant consultera les dieux...