Voyage de la Grce, 5

 

 - 

.

-

553 - nous a enseign le connatre ; il ne nous ya pas contraints. Il a donn de l'autorit ses prceptes en . nous faisant admirer ses oprations divines : il ne veut point de consentement forc.
47 - L'escalier ciel ouvert, par lequel on monte aux appartements du consul, mriterait lui seul une description. On y trouve des pages entires de ces registres gravs sur marbre, o les Athniens inscrivaient leurs fastes. La galerie extrieure, non moins riche, est remplie d'une foule d'antiquits, la plupart composes de ncrologies, de listes de citoyens et d'archontes ; enfin il n'est pas jusqu'aux tuiles qui ne portent des inscriptions traces par les ouvriers avant la cuisson (i)....
551 - Melinges, il devait en faire construire un second sur une autre position dans les environs de ces montagnes , afin de pouvoir plus aisment se rendre matre de tout le pays. Le prince monta donc cheval, traversa Passava, et arriva dans le Magne '. L, il trouva un rocher d'un aspect terrible situ sur un cap; cette situation lui plut, et il y fit btir un fort, auquel il donna le nom de Mani * qu'il porte encore.
25 - Dionysiaques, la fte pro chane des tabernacles, avec du froment de Juda, des laines teintes de Damas, des cannes succulentes et des parfums de Saba et de Rema (i). Nous sommes fidles nos engagements, et connus dans le com<c merce ds la plus haute antiquit.
250 - ... jardins, de vergers et de quelques cabanes. Strabon fixe la distance de Calaurie au continent quatre stades (i), et Pline cinq cents pas (2); quant son rapport avec Damalas, il est d'une heure trentehuit minutes. La ville de Poros , qui a pour habitants une population albanaise, est btie sur un rocher uni l'le par une langue de terre basse, et tellement troite qu'elle est couverte par les eaux de la mer quand les vents de nord et de midi soufflent avec imptuosit. Les maisons,...
24 - Grce avaient du dfait plus par ostentation que par une juste apprciation de leur mrite, car les grands tableaux et les gros volumes, furent toujours les plus estims chez les barbares. Les changes se faisaient en mousselines des Indes, que les courtisanes appelaient nuages, et d'autrefois en produits de la Syrie, de l'Egypte et de la Libye, qui taient exploits par des courtiers Isralites qui traitaient les affaires des Phniciens. Les vaisseaux deTyr, (qu'ils vendaient souvent...
408 - Paus. , lib. V, c. i3 ; Voyage d'Ânacharsis , c. 38. (2) Hercule , au retour de la guerre de Colchos , fit un pacte d'alliance avec ses compagnons d'armes, par lequel ils se promirent mutuellement secours. Ils choisirent un endroit dans la Grce pour y clbrer des jeux et pour y tenir une assemble gnrale en l'honneur de Jupiter Olympien. Le lieu adopt par Hercule fut la partie de l'Élide voisine de l'Alphe, qu'il consacra Jupiter, sous le nom d'Olympie , o il tablit des courses...
11 - ... rappelaient la Grce primitive , mais embellie par le gnie des arts. L'industrie avait fait renatre la fertilit sur les flancs des montagnes, en contenant les terres par des encaissements en maonnerie solide. Les bras de quatre cent mille esclaves taient employs fertiliser par des arrosements ces champs artificiels o l'on cultivait des arbres, des vgtaux, des fleurs indignes et trangres. Ces lieux ainsi embellis avaient reu le nom de Dlices, et ils avaient tant...
415 - ... chaque pas des dcrets et des conscrations gravs sur des tables de marbre ou de bronze. Des colonnes taient charges de perptuer des traits de paix ou d'alliance placs sous la sauve-garde des dieux vengeurs du parjure, et qui, pour cela, n'en taient pas plus reli(i) Pausanias, qui ne parle que des statues riges aux dieux et aux athltes les plus clbres, nous donne la liste de plus de cinq cents faites par les premiers artistes contemporains de ceux auxquels elles taient...
13 - ... Jupiter ou une cuvette de quelque bloc de marbre du Pentelique, les cultivateurs transformaient parfois un arbre au vaste feuillage , en boudoir mystrieux, ou en dieu de Lampsaque, devant qui plus d'un ouvrier flchit ensuite le genou , tant la superstition eut toujours d'empire sur l'esprit des mortels. Au milieu des plus rigoureux hivers les campagnes de l'Attique fournissaient les marchs de la capitale des fleurs du printemps , des fruits de l't et des dons de l'automne. On y vendait...