Mmoires

 

 - 

.

-

118 - me chercher, et m'emmena seule Saint-Germain. Je pleurai d'abord beaucoup; mais je trouvai le lendemain la messe du roi si belle, que je consentis me faire catholique, condition que je l'entendrais tous les jours, et qu'on me garantirait du fouet. C'est l toute la controverse qu'on employa, et la seule
117 - Niort, que ma tante, accoutume changer de religion, et qui venoit de se convertir pour la seconde ou la troisime fois, partit de son ct, et m'emmena Paris.
118 - Je l'amenai avec moi; elle pleura un moment, quand elle se vit seule dans mon carrosse; ensuite elle fut quelque temps sans rien dire, et aprs cela elle se mit chanter. Elle a dit...
119 - J'espre qu'il ne prendra pas si srieusement l'enlvement de sa fille, et qu'il consentira qu'elle demeure avec moi jusqu' ce qu'elle soit en ge de dire sa volont. Ne la plaignez point ; elle se trouve fort bien ici, et je suis ravie de lavoir; elle est jolie et aimable, et le talent que j'ai pour l'ducation des. enfants sera tout employ pour elle. Adieu, ma chre cousine ; votre lettre me fait piti, ou pour mieux dire votre tat.
125 - Je me contraignais beaucoup; mais cela ne me cotait rien, pourvu que j'eusse une belle rputation : c'tait l ma folie. Je ne me souciais pas de richesses; j'tais leve de cent piques au-dessus de l'intrt; mais je voulais de l'honneur...
113 - Je me souviens encore que ma cousine et moi, qui tions peu prs du mme ge, nous passions une partie du jour garder les dindons de ma tante. On nous plaquoit un masque sur notre nez, car on avoit peur que nous ne nous...
96 - On ne vous laira pas, simples, de si grand prix, Sans vous voir et flairer au cleste pourpris ; Une rose d'automne est plus qu'une autre exquise , Vous avez joui l'automne de...
120 - point : avec tout autre que vous j'essuierois de plus grandes aigreurs; je ne suis point trompe dans votre procd, et, quoi qu'on m'ait pu dire, j'ai soutenu que rien ne vous feroit empor
128 - Jamais un visage si spirituel, si touchant, si parlant, jamais une fracheur pareille, jamais tant de grces ni plus d'esprit, jamais tant de gaiet et d'amusement, jamais de crature plus sduisante.