Journal des chasseurs

Lon Bertrand
1854
 

 - 

.

-

xvi - ... de Lourdes ne vous rendrai-je j. Vous m'avez mand, si pouvez faire de moi ce qu'il vous plaira. Je le tiens du roi d'Angleterre qui m'ya mis et tabli, et personne qui soit je ne le rendrai fors lui. Quand le comte de Foix out cette rponse si lui mua le sang en flonnie (colre) et eh courroux et dit, en tirant hors une dague: Ho ! faux tratre, astu dit ce mot de non faire ? Par cette tte tu ne l'as pas dit pour nant.
154 - Puis lvera le collier que aucuns appellent follilaisse ; c'est une char qui est demeure entre la hampe et les paules, et vient tout entour par dessus l'os du long de la hampe sus le jargel.
xv - Nous irons volontiers notre ajour Paris puisque mand nous est du roi de France, mais ce sera le bassinet en la tte et soixante mille hommes en notre compagnie.
126 - ... avoir ploy, et se soit froy bien haut et ait bien l'arbre escorchi et esmond et les branches rompues et teurses bien haut, et que les branches soyent bien grosses , c'est signe que il est grant cerf, et qu'il doit porter haulte teste et bien troche ou paume; quar pour la trocheure qui est droite desront il hault les branches qu'il ne puet tenir ne ployer dessouz luy. Quar se le froyeour estoit menu, et il metoit les branches dessouz luy, ce n'est point signe qu'il soit grant cerf....
xxxiv - Froissait, entra dans sa chambre, qu'il trouva toute jonche et pleine de verdure fresche et nouvelle, et les parois d'environ toutes couvertes de rameaux tous verts pour y faire plus frais et odorant, car le temps et l'air du dehors estoit merveilleusement chaud.
xxiv - Ha,traitour(tratre)!Pourquoi ne manges-tu point ? Et tantt s'en partit le comte sans plus rien dire ni faire et rentra en sa chambre.
lii - Phoebus son lecteur, comme veneurs vivent en cest monde plus joyeusement que autre gent; quar, quant le veneur...
xxxi - Le roi le prit par la main et l'embrassa, et le leva sus et lui dit : Comte de Foix, beau cousin, vous nous tes le bien venu. Votre vue et venue nous rjouit grandement.
xxx - Messire Louis, je ne veuil pas que le roi de France ait ce travail pour moi; mieux appartient que je l'aie pour lui. Si lui direz ainsi de par moi, s'il vous plat, que je serai l Toulouse, dedans quatre jours. C'est bien, rpondirent les chevaliers; nous retournerons et lui dirons ces nouvelles de par vous.
xvi - Il vint enfin, et le comte lui demanda le chteau de Lourdes. Le chevalier pensa un petit pour savoir quelle chose il rpondrait. Toutefois, tout pens et tout considr, il dit : Monseigneur, vraiment je vous dois foi et hommage, car je suis un pauvre chevalier de votre sang et de votre terre ; mais ce chtel de Lourdes ne vous rendrai-je j.