Le vagabond et la machine: essai sur l'automatisme ambulatoire : mdicine, technique et socit en France 1880-1910

Editions Champ Vallon, 1983 - 397
Fidle son principal objet, ce livre est une (longue) errance, un vagabondage assez spcial, hasardeux et rptitif la fois, qui ne se rclame d'aucune perspective systmatique mais croise au contraire les regards, les disciplines : histoire, droit, sociologie, psychologie, biologie et mdecine, technologie... Sans doute le vagabondage est-il un thme mythique, aussi ancien que l'Homme lui-mme et qui trouve, dans notre histoire, de multiples expressions. Pourtant, malgr l'ambigut des valeurs que maintient en particulier la tradition franciscaine, il est une poque (1880-1910) o le vagabond devient, sur le fond d'une politique rigoureuse des populations ouvrires urbaines, un enjeu passionn. Il dsigne la forme ultime d'un pathologique social qui gouverne d'autres catgories d'exclus (mendiants, clochards, prostitues, chmeurs, mauvais pauvres...) et dont on prvoit alors la suppression dfinitive : c'est, de fait, le premier " gnocide scientifique " des temps modernes, drisoire et banal peut-tre mais qui prlude d'autres, moins " bnins ". En mme temps, le vagabond devient un objet privilgi de la mdecine mentale en plein dveloppement : Charcot cre pour le qualifier, en 1888, la notion d'Automate ambulatoire. On peut s'interroger alors sur la cohrence profonde de ce monde industriel puisque la mme image, l'Automate, sert dsigner de manire " scientifique " la fois le dchet humain, le rsidu insupportable et l'idal du nouvel " homme technique " viss sa fonction productive, assimil la Machine, normalis dans son travail, sa vie et sa pense. Au-del de cette poque cruciale, l'ambivalence en question nous renvoie des doctrines aussi fondamentales que le Mcanisme " cartsien " revu et corrig dans le nouveau contexte, le Darwinisme (et ses applications sociales), galement certaines conceptions de la dgnrescence, de l'hrdit qui n'ont pas dit aujourd'hui leur dernier mot. Finalement c'est la question philosophique de l'Individu qui peut sans doute servir de boussole dans ce voyage au bout de la nuit des vagabonds. La fin de l'individu qui se rfracte dans le miroir bris du vagabondage (o tremble encore le souvenir rv de quelque enfance de l'humanit) s'inscrit dans une nouvelle logique : celle d'une nature devenue vraiment mauvaise ; celle surtout d'un nouveau personnage qui prend force dans l'histoire du XIXe sicle et n'a cess depuis lors de hanter nos nuits comme un vieux fantme vagabond : la Mort.
 

 - 

.

1
7
2
11
3
14
4
44
5
68
6
96
7
130
8
156
11
248
12
284
13
312
14
338
15
364
16
387
17
391
18
397

9
184
10
222
19

-