Revue des deux mondes, 5; 89; 196

Franois Buloz, Charles Buloz, Ferdinand Brunetire, Francis Charmes, Ren Doumic, Andr Chaumeix
Au bureau de la Revue des deux mondes., 1870
 

 - 

.

-

105 - Le pavillon neutre couvre la marchandise ennemie , l'exception de la contrebande de guerre ; 3 La marchandise neutre, l'exception de la contrebande de guerre, n'est pas saisissable sous pavillon ennemi; 4...
521 - J'admire le train de la vie humaine ! Nous plumons une coquette, la coquette mange un homme d'affaires ; l'homme d'affaires en pille d'autres ; cela fait un ricochet de fourberies le plus plaisant du monde.
664 - Dieu qui puisse abolir cette loi, sur laquelle le droit de votre succession est fond ; mais vous nous permettrez aussi de croire, dans la Grande-Bretagne, qu'un prince peut renoncer ses droits par une cession volontaire ; et que celui en faveur de qui cette renonciation se fait peut tre soutenu avec justice dans ses prtentions par les puissances qui ont accept la garantie du trait.
109 - Le dsir de contribuer prvenir un conflit imminent, peut-tre, entre deux puissances pour lesquelles il est anim de sentiments galement amicaux, et le devoir de maintenir l'effet de mettre les droits de son propre pavillon l'abri de toute atteinte, certains principes essentiels la scurit des neutres, l'ont,* aprs mre rflexion, convaincu qu'il ne pouvait, en cette circonstance, rester compltement silencieux.
601 - ... forces, toujours propre au rle qu'on lui assigne, si ce rle n'a rien que d'honorable; toujours suprieur au fardeau qu'on lui impose, s'il consent l'accepter; toujours prt au dvouement, si la conscience le commande ; l'esprit de cet homme s'largit, ses talents s'lvent, ses facults se multiplient, chaque fardeau lui cre une force, chaque emploi un mrite, chaque dvouement une vertu; il devient suprieur par circonstance , universel par ncessit...
489 - Pour moi, je sais que des armes si considrables ne sont jamais assez dfaites pour que la plus grande partie de la mienne ne pt se retirer sur la Somme. Je connais cette rivire; elle est trs...
489 - Marly aprs ces fcheux vnements, la fermet du monarque fit place la sensibilit de l'homme : il laissa chapper des larmes, et me dit d'un ton pntr qui m'attendrit : Vous voyez mon tat, monsieur le marchal ; il ya peu d'exemples de ce qui m...
663 - ... qu'il n'est oblig de sa couronne ni la volont de son prdcesseur, ni aucun dit, ni aucun dcret, ni la libralit de qui que ce soit; qu'il ne l'est qu' la loi : cette loi est estime l'ouvrage de celui qui a tabli les monarchies, et qu'on tient en France qu'il n'ya que Dieu qui puisse l'abolir, par consquent qu'il n'ya aucune renonciation...
629 - ... du monde ! ! ! Une grande capitale est la patrie de l'lite de la nation ; tous les grands y ont leur domicile, leurs familles; c'est le centre de l'opinion , le dpt de tout C'est la plus grande des contradictions et des inconsquences que de laisser un point aussi important sans dfense immdiate. Au retour de la campagne d'Austerlitz , l'Empereur s'entretint souvent et fit rdiger plusieurs projets pour fortifier les hauteurs de Paris.
489 - Mais suspendons mes douleurs sur les malheurs domestiques, et voyons ce qui se peut faire pour prvenir ceux du royaume. . La confiance que j'ai en vous est bien marque, puisque je vous remets les forces et le salut de l'État. Je connais votre zle et la valeur de mes troupes ; mais enfin la fortune peut leur tre contraire. S'il arrivait ce malheur l'arme que vous commandez, quel serait votre sentiment sur le parti que j'aurais prendre pour ma personne?