uvres (1825-1850)

Lesourd, 1850
 

 - 

.

116 - Celui qui ose entreprendre d'instituer un peuple doit se sentir en tat de changer pour ainsi dire la nature humaine, de transformer chaque individu, qui par lui-mme est un tout parfait et solitaire, en partie d'un plus grand tout dont cet individu reoive en quelque sorte sa vie et son tre...
112 - S'il doit l'tre par son gnie, il ne l'est pas moins par son emploi. Ce n'est point magistrature, ce n'est point souverainet. Cet emploi, qui constitue la Rpublique, n'entre point dans sa constitution. C'est une fonction particulire et suprieure, qui n'a rien de commun avec l'empire humain. Car, si celui qui commande aux hommes ne doit pas commander aux lois, celui qui commande aux lois ne doit pas non plus commander aux hommes.
188 - Quoiqu'il se prive dans cet tat de plusieurs avantages qu'il tient de la nature, il en regagne de si grands, ses facults s'exercent et se dveloppent, ses ides s'tendent, ses sentiments s'ennoblissent, son...
239 - Le corps des nobles doit tre hrditaire. Il l'est premirement par sa nature ; et d'ailleurs il faut qu'il ait un trs grand intrt conserver ses prrogatives, odieuses par elles-mmes, et qui, dans un État libre, doivent toujours tre en danger.
144 - ... le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer et avilir par la tyrannie; afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa libert et de son bonheur, le magistrat la rgle de ses devoirs, le lgislateur; l'objet de sa mission. En consquence il proclame en prsence de l'Être suprme la dclaration suivante des droits de l'homme et du citoyen. Art. 1.
331 - O bienheureux mille fois L'enfant que le Seigneur aime, Qui de bonne heure entend sa voix, Et que ce Dieu daigne instruire lui-mme...
111 - Les particuliers voient le bien qu'ils rejettent; le public veut le bien qu'il ne voit pas. Tous ont galement besoin de guides. Il faut obliger les uns conformer leurs volonts leur raison; il faut apprendre l'autre connotre ce qu'il veut.
221 - L'honneur, c'est--dire le prjug de chaque personne et de chaque condition , prend la place de la vertu politique dont j'ai parl, et la reprsente partout. Il y peut inspirer les plus belles actions; il peut, joint la force des lois, conduire au but du gouvernement, comme la vertu mme.
116 - Plus ces forces naturelles sont mortes et ananties , plus les acquises sont grandes et durables , plus aussi l'institution est solide et parfaite : en sorte que si chaque citoyen n'est rien , ne peut rien que par tous les autres , et que la force acquise par le tout soit gale ou suprieure la somme des forces naturelles de tous les individus, on peut dire que la lgislation est au plus haut point de perfection qu'elle puisse atteindre.
145 - La Proprit est le droit qu'a chaque citoyen de jouir et de disposer de la PORTION DE BIENS qui lui est garantie par la loi.