Biographie universelle, ou, dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur gnie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, 3

J. Leroux, Jouby, 1848
 

 - 

.

1
1
2
75
3
461
4
619

-

98 - Un homme s'est rencontr d'une profondeur d'esprit incroyable, hypocrite raffin autant qu'habile politique, capable de tout entreprendre et de tout cacher, galement actif et infatigable dans la paix et dans la guerre, qui ne laissait rien la fortune de ce qu'il pouvait lui ter par conseil et par prvoyance ; mais au reste si vigilant et si prt tout, qu'il n'a jamais manqu les occasions qu'elle lui a prsentes ; enfin, un de ces esprits remuants et audacieux, qui semblent tre...
208 - ... l'autre, plus timide ou plus modeste, a commenc sa marche par s'appuyer sur les phnomnes pour remonter aux principes inconnus, rsolu de les admettre, quels que les pt donner l'enchanement des consquences. L'un part de ce qu'il entend nettement pour trouver la cause de ce qu'il voit ; l'autre part de ce qu'il voit pour en trouver la cause, soit claire, soit obscure.
234 - ... dpouiller les concepts de tout ce qu'ils ont de sensible. A mesure que cet acte s'avance , les spectres corporels s'vanouissent ; les notions se retirent peu peu de l'imagination vers l'entendement ; et les ides deviennent purement intellectuelles. Alors le philosophe spculatif ressemble celui qui regarde du haut de ces montagnes dont les sommets se perdent dans les nues : les objets de la plaine ont disparu devant lui; il ne lui reste plus que le spectacle de ses penses , et...
232 - si fin, ni de si dli, ni qui marque tant de got et tant de prcision que vos observations ; vous avez raison partout... Vous avez si bien saisi ce qu'il peut y avoir de bon dans ces petits crits , que , tout en marquant ce qu'il ya aussi de faible et mme de mauvais , il se ft fait dans votre extrait une compensation de critique et d'...
290 - C'est le livre le plus utile qu'on ait jamais crit sur ces matires chez aucune des nations de l'Europe. Ce qui fait la bont de cet ouvrage, c'est qu'il n'ya que peu d'erreurs, et beaucoup de rflexions vraies, nouvelles et profondes.
232 - ... prt le parti de se taire, ou celui de passer pour un fou. Il leur annoncerait tous les jours quelque nouveau mystre, qui n'en serait un que pour eux, et que les esprits forts se sauraient bon gr de ne pas croire.
234 - S'il tait permis quelques auteurs d'tre obscurs, dt-on m'accuser de faire ici mon apologie, j'oserais dire que c'est aux seuls mtaphysiciens proprement dits. Les grandes abstractions ne comportent qu'une lueur sombre. L'acte de la gnralisation tend dpouiller les concepts de tout ce qu'ils ont de sensible. A mesure que cet acte s'avance, les spectres corporels s'vanouissent; les notions se retirent peu peu de l'imagination vers l'entendement; et les ides deviennent purement...
139 - Poplinire avait runi chez lui ce qu'il y avait de plus distingu la cour et la ville pour entendre la musique de son protg.
285 - L'empereur Caligula son frre eut avec elle un commerce incestueux. 11 l'aima si passionnment, qu'tant tomb dangereusement malade , il l'institua hritire de l'empire et de tous ses biens. La mort la lui ayant enleve l'an 38 de J.-C., il la fit mettre au rang des desses.
13 - ... L'empereur, pour tout fruit de son voyage en Palestine, ne retrouve donc en Allemagne qu'une guerre civile sous le nom de guerre sainte. Il a bien de la peine, avec le secours des Bavarois et du reste de l'Allemagne, contenir Henri le Lion et les Guelfes.