Oeuvres de M. Gresset ...

Libraires Associs, 1787

 - 

.

-

60 - Vendre aux querelles du vulgaire Ma voix et ma tranquillit, Et, dans l'antre de la Chicane, Aux lois d'un tribunal profane Pliant la loi de l'Immortel, Par une loquence anglicane Saper et le trne et l'autel?
85 - Dans des dserts, loin de l'le charmante, Les aquilons les emportent soudain ; Et leur rveil n'offre plus leur vue Que les rochers d'une plage inconnue, Qu'un monde obscur, sans printemps, sans beaux jours, Et que des cieux clipss pour toujours.
166 - J'aurois d quelquefois l'apprendre de lui-mme. Qu'il soit heureux du moins ! pour moi j'obirai : Aux ennuis de l'exil mon cur est prpar ; Et j'y dois expier le crime involontaire D'avoir pu mriter la haine de ma mre. A quoi rves-tu donc? tu ne m'coutes pas.
61 - ... devient gal pour moi ; O je vois natre la journe, L, content j'en attends la fin, Prt partir le lendemain, Si l'ordre de la destine Vient m'ouvrir un nouveau chemin. Sans opposer un got rebelle A ce domaine souverain, Je me suis fait du sort humain Une peinture trop fidle; Souvent dans les champtres lieux Ce portrait frappera vos yeux.
53 - Qu'ils vont livrer sur vos climats ; Ou quand leur troupe conjure Y vient prparer ces frimas Qui versent sur chaque contre Les catarrhes et le trpas. Je n'outre rien : telle est en somme La demeure o je vis en paix , Concitoyen du peuple gnome, Des sylphides et des follets : Telles on nous peint les tanires O gisent, ainsi qu'au tombeau.
62 - II rencontre sur son passage Tous les jours des pays nouveaux , Tantt un fertile rivage Bord de coteaux fortuns , Tantt une rive sauvage , Et des dserts abandonns ; Parmi ces erreurs continues II fuit, il vogue jusqu'au jour Qui l'ensevelit son tour Au sein de ces mers inconnues O tout s'abyme sans retour.
64 - Qui, par de bizarres dtours, Quittant le ton de la nature, Rpandent sur tous leurs discours L'acadmique enluminure Et le vernis des nouveaux tours, Je regrette la bonhomie, L'air loyal, l'esprit non pointu, Et le patois tout ingnu Du cur de la seigneurie, Qui, n'usant point sa belle vie Sur des crits laborieux, Parle comme nos bons aeux, Et donnerait, je le parie , L'histoire, les hros, les dieux, Et toute la mythologie , Pour un quartaut de Condrieux.
61 - Sous un coloris de candeur; Et j'ai dit au fond de mon cur : Heureux qui dans la paix...
113 - Loin des cits et de l'ennui ; Tout nous appelle aux champs ; le printemps va renatre, Et j'y vais renatre avec lui. Dans cette retraite chrie De la sagesse et du plaisir. Avec quel got je vais cueillir La premire pine fleurie , Et de Philomle attendrie Recevoir le premier soupir ! Avec les fleurs dont la prairie A chaque instant va s'embellir.
181 - Orphise en meurt, vous plaire est mon excuse : Tout ce qui vit n'est fait que pour nous rjouir, Et se moquer du monde est tout l'art d'en jouir. Ma foi, quand je parcours tout ce qui le compose, Je ne trouve que nous qui valions quelque chose.