Matines littraires: tudes sur les littratures modernes, 4

Ancien bureau du Plutarque franais, 1846
 

 - 

.

-

300 - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
294 - Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'excution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer mes semblables un homme dans toute la vrit de la nature; et cet homme ce sera moi.
465 - ... pourvu que je ne parle en mes crits ni de l'autorit, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps' en crdit, ni de l'Opra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois censeurs.
191 - C'est le sang des hros , dfenseurs de ma loi , C'est le sang des martyrs. O fille encor trop chre! Connais-tu ton destin? Sais-tu quelle est ta mre? Sais-tu bien qu' l'instant que son flanc mit au jour Ce triste et dernier fruit d'un malheureux amour, Je la vis massacrer par la main forcene, Par la main des brigands qui tu t'es donne ? Tes frres , ces martyrs gorgs mes yeux , Touvrent leurs bras sanglants , tendus du haut des cieux.
143 - Les habitants de Paris sont d'une curiosit qui va jusqu' l'extravagance. Lorsque j'arrivai, je fus regard comme si j'avais t envoy du Ciel : vieillards, hommes, femmes, enfants, tous voulaient me voir. Si je sortais, tout le monde se mettait aux fentres; si j'tais aux Tuileries...
304 - Tout est bien , sortant des mains de l'Auteur des choses, tout dgnre entre les mains de l'homme.
190 - Mon Dieu ! j'ai combattu soixante ans pour ta gloire! J'ai vu tomber ton temple et prir ta mmoire ; Dans un cachot affreux abandonn vingt ans, Mes larmes t'imploraient pour mes tristes enfants ; Et lorsque ma famille est par toi runie, Quand je trouve une fille, elle est ton ennemie!
294 - Que la trompette du jugement dernier sonne quand elle voudra, je viendrai, ce livre la main, me prsenter devant le souverain juge. Je dirai hautement : Voil ce que j'ai fait, ce que j'ai pens, ce que je fus.
305 - ... tel que l'a fait la nature, pas mme l'homme; il le faut dresser pour lui, comme un cheval de mange; il le faut contourner sa mode, comme un arbre de son jardin.
191 - Ton Dieu que tu trahis, ton Dieu que tu blasphmes, Pour toi, pour l'univers, est mort en ces lieux mmes; En ces lieux o mon bras le servit tant de fois, En ces lieux o son sang te parle par ma voix. Vois ces murs, vois ce temple envahi par tes matres : Tout annonce le Dieu qu'ont veng tes anctres. Tourne...