The Works of Molire: French and English. In Ten Volumes, 4

D. Browne, A. Millar, [and others], 1755
 

 - 

.

-

52 - C'est un parleur trange , et qui trouve toujours L'art de ne vous rien dire avec de grands discours : Dans les propos qu'il tient on ne voit jamais goutte, Et ce n'est que du bruit que tout ce qu'on coute.
36 - La rime n'est pas riche, et le style en est vieux : Mais ne voyez-vous pas que cela vaut bien mieux Que ces colifichets, dont le bon sens murmure, Et que la passion parle l toute pure? Si le Roi m'avait donn Paris, sa grand...
34 - Est-ce que vous voulez me dclarer par l Que j'ai tort de vouloir... ALCESTE. Je ne dis pas cela.
14 - Non, non, il n'est point d'me un peu bien situe Qui veuille d'une estime ainsi prostitue ; Et la plus glorieuse a des rgals peu chers*; Ds qu'on voit qu'on nous mle avec tout l'univers : Sur quelque prfrence une estime se fonde, Et c'est n'estimer rien qu'estimer tout le monde.
54 - C'est, de la tte aux pieds, un homme tout mystre, Qui vous jette, en passant, un coup d'il gar, Et sans aucune affaire, est toujours affair. Tout ce qu'il vous dbite, en grimaces abonde; A force de faons, il assomme le monde, Sans cesse il a tout bas pour rompre l'entretien...
62 - La ple est aux jasmins en blancheur comparable; La noire faire peur une brune adorable; La maigre a de la taille et de la libert; La grasse est dans son port pleine de majest...
254 - J'ai beau tre engag, l'amour que j'ai pour une belle n'engage point mon me faire injustice aux autres; je conserve des yeux pour voir le mrite de toutes, et rends chacune les hommages et les tributs o la nature nous oblige. Quoi qu'il en soit, je ne puis refuser mon cur tout ce que je vois d'aimable...
68 - Et je crois par le rang que me donne ma race, Qu'il est fort peu d'emplois dont je ne sois en passe.
52 - Dans le monde, vrai dire, il se barbouille fort; Partout il porte un air qui saute aux yeux d'abord; Et, lorsqu'on le revoit aprs un peu d'absence, On le retrouve encor plus plein d'extravagance.
140 - Non. Mon cur prsent vous dteste, Et ce refus lui seul fait plus que tout le reste. Puisque vous n'tes point , en des liens si doux , Pour trouver tout en moi , comme moi tout en vous , Allez , je vous refuse ; et ce sensible outrage De vos indignes fers pour jamais me dgage.