Correspondance littraire, philosophique et critique, adresse a un souverain d' Allemagne, depuis 1735 jusqu'en 1769, 3 5

 

 - 

.

-

63 - Jourdain. Par ma foi, il ya plus de quarante ans que je dis de la prose, sans que j'en susse rien; et je vous suis le plus oblig du monde de m'avoir appris cela.
349 - Tout ce que je vois jette les semences d'une rvolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'tre tmoin. Les Franais arrivent tard tout, niais enfin ils arrivent. La lumire s'est tellement rpandue de proche en proche, qu'on clatera la premire occasion; et alors ce sera un beau tapage.
289 - Je rvais en marchant celle que j'allais voir, l'accueil caressant qu'elle me ferait, au baiser qui m'attendait mon arrive. Ce seul baiser, ce baiser funeste, avant mme de le recevoir, m'embrasait le sang tel point, que ma tte se troublait; un blouissement m'aveuglait, mes genoux tremblants ne pouvaient me soutenir; j'tais forc de m'arrter, de m'asseoir; toute ma machine tait dans un dsordre inconcevable ; j'tais prt m'vanouir. Instruit du danger, je tchais,...
348 - Observations du comte de Lally-Tollendal sur la Lettre crite par M. le comte de Mirabeau au comit des Recherches, contre M. le comte de Saint-Priest, ministre d'État.
584 - Mais, soutenu du tien, mon nom ne mourra plus; Je renatrai pour Rome, et vivrai dans Titus. Que dis-je? je te suis. Dans mon ge dbile Les dieux ne m'ont donn qu'un courage inutile; Mais je te verrai vaincre, ou mourrai, comme toi Vengeur du nom romain, libre encore, et sans roi.
20 - Peu de jours avant ce triste jour, il s'tait aperu des viles inclinations de sa femme pour un homme de l'tat le plus bas ; il parut accabl de cette dcouverte, et resta huit heures de suite sur le bord de l'eau, dans une mditation profonde. Il me semble que si l'on runit ces dtails sa tristesse habituelle, l'accroissement extraordinaire de ses terreurs et de ses dfiances, il n'est plus possible de douter que ce grand et malheureux homme n'ait termin volontairement sa vie.
211 - Il en tait de sa science comme de sa fortune, elle tait pour les autres comme pour lui, mais jamais pour l'opinion.... on ne lui et souponn ni l'une ni l'autre, s'il avait pu se dispenser de les montrer sans nuire ses propres jouissances et surtout celles de ses amis.
602 - On dit que vingt-quatre millions d'hommes doivent l'emporter sur deux cent mille. Cela est vrai, si la constitution d'un royaume est un problme d'arithmtique : cette manire de parler n'est pas impropre lorsqu'elle a le secours de la lanterne pour l'appuyer ; mais elle est ridicule pour des hommes qui peuvent raisonner de sang-froid. La volont du grand nombre et les intrts du grand nombre sont rarement la mme chose...
404 - ... lui fait sauter son pe, et lui dit avec tout le flegme anglais : Si je n'tais votre dbiteur, je vous tuerais; si nous avions des tmoins, je vous blesserais ; nous sommes seuls , je vous pardonne.
125 - ... d'or. Au fond, sous un superbe baldaquin , garni de longues franges d'or, tait plac le trne. Au ct gauche du trne, un grand fauteuil pour la Reine et des tabourets pour les Princesses; au ct droit, des...