Stats-Anzeigen, 16

In der Vandenhoekschen Buchhandlung, 1791
 

 - 

.

-

85 - Nul homme ne peut tre accus, arrt ni dtenu que dans les cas dtermins par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expdient, excutent ou font excuter des ordres arbitraires, doivent tre punis; mais tout citoyen appel ou saisi en vertu de la loi doit obir l'instant : il se rend coupable par la rsistance.
86 - La libre communication des penses et des opinions est un des droits les plus prcieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, crire, imprimer librement, sauf rpondre de l'abus de cette libert dans les cas dtermins par la loi.
84 - Le principe de toute souverainet rside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorit qui n'en mane expressment.
85 - La loi n'a le droit de dfendre que les a&ions nuifbles la focit. Tout ce qui n'eft pas dfendu par la loi ne peut tre empch, &: nul ne peut tre contraint faire ce qu'elle n'ordonne pas.
85 - Ceux qui follicitent , expdient, excutent oa font excuter des ordres arbitraires , doivent tre punis ; mais tout citoyen appel ou faifi en vertu de la Loi doit obir a l'inftant : il fe rend coupable par la rliftance. VIII.
86 - Pour l'entretien de la force publi* <jue , & pour les dpenfes d'adn-.hiiflration , une contribution commune eft indifpenfable; elle doit tre galement rpartie entre tous les citoyens , en raifon de leurs facults.
460 - Notre vie est un passage rapide du moment de notre naissance celui de notre mort. Pendant ce court espace, l'homme est destin travailler pour le bien de la socit, dont il fait corps.
86 - Nul ne doit tre inquit pour fes opinions, mme religieufes, pourvu que leur mani reliat! on ne trouble pas l'ordre public tabli par la loi. XI. La libre communication des penfes & des opinions eft un des droits les plus prcieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, crire, imprimer librement...
86 - Tous les citoyens ont le droit de conftater , par eux-mmes , ou par leurs reprfentans , la nceflit de la contribution publique , de la confentir librement, d'en fuivre l'emploi , & d'en dterminer la quotit , l'afliette , le re
464 - Preuves de leur intelligence, de leur Valeur et de leur fidlit. . 26) Je lui recommande mes Secrtaires privs ainsi que tous ceux qui ont travaill dans mon. bureau ; ils ont la routine des Affaires et pourront l'clairer dans le commencement de Son Rgne sur bien des Choses dont ils ont des Connoijsances, que les Ministres mme ignorent.