صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

cernant les Jésuites. - Condescendance secrète envers le P. Castaguti. - La Cour d'Espagne, après la mort de Cléinent XIV, demande à disposer des Jé. suites renfermés au château Saint-Ange. - Mémoire de Madame Louise à Louis XV.-- Démarches de Malvin de Montazet, archevêque de Lyon, contre les Jésuites. — Une lettre de Bernis au duc d'Aiguillon.

Page 54 CHAPITRE XII. – BREF DE SUPPRESSION DONNÉ PAR CLÉMENT XIV. Différence entre la Bulle dogmatique, la Bulle disciplinaire et le Brel.

C'est par un Bref que Clément XIV supprime les Jésuites. — Il le signe le 21 juillet 1773. – Opinion de Schæll sur ce Bres. - Les considérants et la sentence. - Mot de Louis XV sur le Bres.- Quel était le nombre des Religieux, de leurs Colléges et Missions, à l'époque où la Compagnie fut sup. primée.

Page 91 CHAPITRE XIII. - ROME. Efforts du P. Ricci pour détourner la catastrophe qui menaçait les Jésuites. —

Sa lettre secrète à ceux de France (22 février 1764.-Conduite de Clément XIV pendant la publication de son Bref de suppression. — Marques de bienveillance qu'il donne à des Jésuites. – Procédure contre le P. Ricci.. — Prisonniers du château Saint-Ange, - Etat des Maisons et Colleges des Jésuites, à Rome. - Eloge des Jésuites par le Pape. – La maison du Gesù. — Le Père Lazeri et la Bibliothèque du collége romain.-Catafalque de Clément XIV,dans l'église de Saint-Pierre. - Le cardinal de Bernis en fait effacer des médail. lons relatifs à la restitution d'Avignon. - Fables sur les causes de la mort de Clément XIV : prétendu empoisonnement. — Correspondance de Frédéric , roi de Prusse, et de d'Alembert, sur ce sujet. - Contradictions de M. de Saint-Priest sur le même point. – Causes réelles de la maladie et de la mort de Clément XIV. - Paroles de Pie VII. – Attestation des médecins Salicetti et Adinolfi, puis du P. Marzoni, confesseur de Clément. — M. de Saint-Priest accusant les Jésuites d'avoir baloué ce Pape.- Quelques Jésuites meurent de douleur, en apprenant la suppression de leur Ordre.- Comment le P. Charles Frey de Neuville parle de l'extinction des Jésuites. – Eloge funèbre de Clément XIV par le P. Mattzell. -- Résignation du P. Béraud. — Le chevalier de Saint-Priest réclame en faveur des missions contre la suppression des Jésui. tes. – Pie VI adoucit le sort du Général de l'Ordre. – Mort du R. P. Ricci (22 nov. 1775.)- Ses dernières déclarations. — Mise en liberté des trois Assislants: - Circulaire de Pie VI aux Nonces (23 janv. 1766.) – La prophétesse de Valentano.-Rome instruite par les révolutions survenues depuis l'extinction des Jésuites. --Ces Religieux représentés comme des esclaves du Pape, et comme ses ennemis tout à la fois : le Constitutionnel et M. Libri.-Bref de Pie VII en 1801 et 1804, pour le rétablissement des Jésuites. – Bulle de 1819. Témoignage du cardinal Pacca en faveur des Jésuites. - M. Quinet et les

conséquences qu'il tire de la date du Bref. - La maison du Gesù et le collége romain.

Page 106 CHAPITRE XIV. – RUSSE, ALLEMAGNE, POLOGNE. Frédéric et les éloges outrés que lui décernent les philosophes-d'Alembert

l'engage à supprimer les Jésuites dans ses Etats. - En voyant les tendances politiques des Encyclopédistes, Frédéric, d'abord leur partisan, veut garder les Jésuites comme contre-poids aux doctrines antisociales. - Correspondance de d'Alenbert et de Frédéric, au sujet des Jésuites. — Dépêche de Fré déric : l'abbé Colombini, son agent à Rome. — Lettre circulaire du même aux Chefs de justice , Chapitres et Officiaux, etc., pour le maintien des Jésuites. — Déclaration de Frédéric sur le Bref de Clément XIV. - Nouvelles instances de d'Alembert auprès du roi de Prusse et de Voltaire. — Lettres du Roi aux Evêques, pour le statu quo, à propos des Jésuites. - Sécularisation de la Compagnie. – Après avoir défendu les Jésuites, Marie-Thérèse d'Autriche cède aux importunités de son fils. - Bruxelles, et diverses mesures qu'on y prend, ainsi qu'en Allemagne.-Plusieurs Archevêques conservent les Jésuites.-La province anglaise de la Compagnie. -Mestricht.-Comment les Jésuites purent très-bien , malgré le Brel de Clément XIV, accéder au væu des Souverains qui désiraient les conserver. - Sensation que le Bref produit en Pologne. – Embarras et plans d'étude. - Discours de l'abbé Szyzkowski

au collège de Varsovie, avant la suppression. — Le P. Kanawski. Page 172 CHAPITRE XV. RUSSIE. Les Jésuites établis dans la Russie-Blanche. - Garantie en leur faveur, quand

cette province fut enclavée dans l'empire. - Siestrzencewicz, évêque de la Russie-Blanche, est chargé de demander au Pape un Bref pour les Jésuites. Le P. Czerniewicz, Vicaire-général de ces Religieux. — Catherine II à Mobi. loff. - Le P. Benislawski envoyé à Rome par l'Imperatrice. – L'ambassa deur de France et celui d'Espagne réclament contre la protection accordée aux Jésuites. - Ces Religieux furent blâmés d'avoir cu Catherine pour protectrice. — Paul Ier marche sur les traces de Catherine. - Bref de Pie VII au P. Karew (7 mars 1801). - Le P. Panizzoni en Italie et en Russie.-Le P. An. giolini. – Orage qui éclate sur les Jésuites de Russie en 1816. – Proscrits de Russie. - Témoignage d'affection que leur donne, dans leur disgrâce, le comte Joseph de Maistre.

Page 214

CHAPITRE XVI. HOMMES ÉMINENTS DE LA COMPAGNIE.
D'Alembert prétend que les Jésuites, à l'époque de la suppression de l'Ordre,

n'avaient point d'hommes d'un mérite éminent. - Erudits, mathématiciens, orateurs de France ; - et d'Italie. — Le P. Carboni, de Sassari. – Andres, Arevalo, Gusta, Masdeu , La Serna Santander en Espagne. — Les savants de Portugal. - Céux d'Allemagne, Eckel, entre autres; le P. Kæhler en Silésie. - Ce que les hommes qui font un moment du bruit peuvent devenir, quand ils sont vus à la distance des âges. - Les Jésuites astronomes : leurs nombreux Observatoires, dans les diverses parties du monde. — Le P. Clavius, réformateur du calendrier.- La Chalotais reprochant aux Jésuites de n'avoir guère produit de mathématiciens. — Les bibliothèques formées par les Jésui. suites: - celle de Lyon, entre autres. Ce qui fait que des maitres laiques ne peuvent former des bibliothèques dans les colléges. — M. Michelet et la stérilité des Jésuites.- Pas un homme en trois cents as ! » Qu'est-ce qu'un homme de génie ? — M. de Carné objectant contre les Jésuites qu'ils n'ont pas su fonder une vaste philosophie catholique.

Page 229 CHAPITRE XVII. LES PARLEMENTS. Mission des Parlements. - Inconséquence de leurs accusations contre les Jé.

suites. - Les Parlements ligueurs et frondeurs. - Arrêts de déchéance contre Charles VII et Henri IV. - Mot de Louis XIII au Parlement de Paris. - La Fronde; proscription de Mazarin, vente de sa bibliothèque par arrêt du Parlement. - Arrêts contre l'imprimerie, l'inoculation, etc. - Arrêts en faveur d'Aristote; - et contre J.-J. Rousseau. Suppression de la Bulle de Canonisation de saint Vincent de Paul. - Diverses condamnations. - Le philosophe Vanini. — Jugements des philosophes sur le Parlement. - Damila ville, d’Alembert et Voltaire.

Page 257 CHAPITRE XVIII, LES PHILOSOPHES. Les Philosophes excitent à la suppression des Jésuites. — Ils s'élèvent contre

la morale relâchée; - leur morale, à eux.- Ce que pensent des Philosophes l'abbé Galiani et Mme du Deffand. — Trouble d'esprit de cette femme. J.-J. Rousseau jugé par Voltaire. — Doctrines politiques et religieuses, patriotisme de Voltaire. - Portrait de d'Alembert et ses doctrines. - La Harpe melé aux Philosophes : ce qu'il écrit d'eux. — Le Système de la nature par d'Holbach. - Ce livre donne l'éveil à Frédéric de Prusse, qui ne garde plus la même sympathie pour les Philosophes. – Si leur vie privée ne mérite aucun reproche sérieux. - Presque tous voués aux passions de la chair.-Suard, Diderot et Mlle Voland.-L'abbé Galiani. - Maupertuis. – Choiseul et la princesse de Robecq. - Le président flenault. – Saint-Lambert. - Mme du Châtelet, Saint-Lambert et Voltaire. Grimm et Mme d'Epinay. Marmontel et Mlle Clairon. -L'abbé Galiani et ses maîtresses. — Damilaville. Pont de Veyle et ses paroles cyniques. - Les hommes de lettres, selon d'Alembert. - Mémoires de Mme d'Epinay; ceux de Morellet. - Condorcet es la religion, - Naigeon et les prêtres.

Page 291

CHAPITRE XIX, – DOCTRINE DU TYRANNICIDE. Accusation de La Chalotais et moyen de justification proposé aus Jésuites. Noms des Jésuites qui ont écrit en faveur de l'inviolabilité de la personne royale: - Sentiments des PP, Raynaud, Pétau, de Bussière, Jouvency, Da. niel, Grifet , Bourdaloue, Gibalin, Auger, d'Origny, Verjus, D'Ayrigoy, Berruyer, Catrou et Rouillé, d'Orléans, Longueval, Brumoy, Berthier, Bougeant. - Arrêt de 1761 contre divers livres des PP. Jésuites. - Tolet et Lese sius ; opinion de Bossuet sur le premier, de saint François-de-Sales sur le se. cond. - Bellarmin, Suarez, Mariana , Santarelli et Busembaum. - Décret du P. Acquaviva, à la date de 1610.-Diderot reproche aux Jésuites leur ferveur de royalisme. - La Convention abolissant la royauté et justifiant les Jésuites, s'il eût été besoin de justification. – Doctrines des philosophes du XVIIIe siècle sur la royauté. - Montesquieu, Rousseau, Helvétius, Raynal, Condorcet, Naigeon, d'Holbach, Diderot, Grimm. - Marie Chénier. - Les révolutionnaires et les régicides : Volney, Dulaure, Grégoire. -Le poète Barthélemy et le journal le Siècle. - Lakanal et la feuille démocratique le National. - Des régicides de tous les temps. - Ceux de 1831 à 1846. - M. Thiers ac• cusé de complicité morale dans l'attentat de Lecomte. - Redexions du Na. lional à ce sujet.

Page 156 CONCLUSION.

Page 611 APPENDICE. – DES JÉSUITES.

Page 127 LES MONITA SECRETA.

Page 457

FIN DE LA TABLB DU SECOND VOLUMB.

« السابقةمتابعة »