صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

comme tous, mais non à des lois d'exclusion et de ban. nissement. C'était là que nous en étions restés de notre discusion, après avoir ouvert, au sujet des Jésuites , une parenthèse que nous avions fermée, et qu'on nous a forcés aujourd'hui de rouvrir malgré nous (1).

(1) Globe du 18 octobre 1843.

LES MONITA SECRETA.

En 1824, on reprit comme machine de guerre contre les Jésuites , un livre aprocryphe qui avait paru vers 1617 ou 1618, à Paderborn ou à Prague.

En 1845, un journaliste de province, M. Groubenthal, réimprima ce même ouvrage et une feuille libérale; le Siècle ( 28 avril 1845) applaudissait à cette édition, en regrettant seulement qu'elle ne fût pas répandue à plusieurs centaines de mille exemplaires !

Nous ne produirons pas ici les témoignages des Jésuites contre l'authenticité de ce livre, ni les dénégations de leurs amis ; nous avons à faire valoir des autorités que l'on ne pourra pas si facilement rejeter. Des ennemis des Jésuites ont eux-mêmes réconnu que les Monita secreta , ou Instructions secrètes des Jésuites , sont un livre supposé. Voici ce que l'auteur des Nouvelles ecclésiastiques, feuille Janseniste , disait le 30 octobre 1729 :

« Il parait une brochure qui contient des instructions secrètes que

l'on attribue aux Jésuites; c'est une traduc: tion d'un écrit fort connu sous le titre de Monita secreta Societatis Jesu. L'auteur du Tuba magna (1), croyant que ces avis venaient en effet des Jésuites, les avait fait imprimer dans la première édition de son livre (2); mais, ayant reconnu depuis qu'ils ne pouvaient venir de ces Pères , il eut l'équité de les retrancher, et il en rend la raison dans le tome 1er de la troisième édition,

page 182.

» Il y a environ cent ans que ces Monila furent publiés en Allemagne. Celui qui les donna au public feignit assez grossièrement qu'ils avaient été trouvés en je ne sais quelle Bibliothèque qu'il ne nommait pas. Cela devait déjà les rendre suspects; mais la réclamation de ces Pères est encore plus forte. Le fameux Père Gretzer et un autre Jésuite, nommé Forerus, se plaignirent hautement de la supposition, et montrèrent combien il était injuste de leur imputer des instructions sinistres si pleines de noirceur et si dignes de l'exécration publique. Cela doit suffire pour ne pas les mettre sur leur compte..... On pourrait peut-être croire, sans se tromper, que le fameux Gaspard Schioppius est celui qui s'était diverti à faire ces Monita , qui parurent dans le temps qu'il était aux prises avec les Jésuites; il est

(1) Aeori de Saint-Ignace, Carme flamand, zélé partisan d’Arpauld et de Quesnel.

(2) Strasbourg , 1713.

vraisemblable qu'il en est l'auteur, comme de quelques autres ouvrages qui portent des noms supposés (1). »

Voilà donc, de l'aveu du plus ardent ennemi des Jésuites , quelle est l'origine des Monita secreta ; c'est un livre fabriqué par des hommes passionnés. Les Jansénistes eux-mêmes le reconnaissent, et leur journal, dans lequel les Jésuites étaient constamment maltraités et calomniés, est obligé néanmoins de convenir de la supposition. Nous trouvons encore le même fait avoué par un écrivain que l'on n'accusera pas de partialité en faveur des Jésuites, le docte bibliographe Barbier. Il cite, dans son Dictionnaire des Anonymes, les Monila secreta , et n'hésite pas à les donner pour un ouvrage apocryphe (2). Mais comme il semble que toute imposture prenne un caractère de vérité, dès qu'il s'agit de la Compagnie de Jésus , l'éditeur des Monita en 1821, les présentait comme recueil précieux et authentique (3).

Nous voudrions savoir quel est le nom que l'on donne à ce genre d'exactitude historique et de bonne foi littéraire (4).

(1) Ch. Dallas, dans ses Lettres de Cléricus, prétend avoir découvert que ce fut Jérôme Zauwict ou Zarowich , Jésuile polonais, expulsé de la Compagnie , qui publia les Monila secreta , eo 1616.

(2) Dictionnaire des Anonymes , tom. III, pag. 591.

(3) M. Cauchois-Lemaire, alors tout rayonnant de libéralisme, et qui depuis 1830 s'est apprivoisé avec le pouvoir.

(4) Ami de la Religion, tom. XLII, 'pag. 49.-Voir aussi dans les Documents sur la Compagnie de Jésus , tom. II, n° 8, un chapitre sur les Monila secreta.

1

« السابقةمتابعة »