Mmoires pour servir l'histoire du jacobinisme, 3-4

 

 - 

.

-

201 - Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire : ceci est moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la socit civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misres et d'horreurs n'et point...
337 - ... politiques assis la place des anciens. Ce qu'il nous faut de plus que l'galit des droits? Il nous faut non pas seulement cette galit transcrite dans la Dclaration des droits de l'homme et du citoyen, nous la voulons au milieu de nous, sous le toit de nos maisons. Nous consentons tout pour elle, faire table rase pour nous en tenir elle seule. Prissent, s'il le faut, tous les arts, pourvu qu'il nous reste l'galit relle...
337 - Taisez-vous, misrables! l'galit de fait n'est qu'une chimre; contentez-vous de l'galit conditionnelle : vous tes tous gaux devant la loi. Canaille, que te faut-il de plus?
202 - ... pour le croire , fut le vrai fondateur de la socit civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misres et d'horreurs n'et point pargns au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le foss , et cri ses semblables : Gardez-vous d'couter cet imposteur; vous tes perdus si vous oubliez que les fruits sont tous , et que la terre n'est personne!
134 - Nations disparotront sans violence de dessus la terre. Le genre humain deviendra une mme famille , et la terre ne sera plus que le sjour de l'homme raisonnable. La morale seule produira insensiblement cette rvolution.
336 - L'ÉGALITÉ ! premier vu de la nature, premier besoin de l'homme, et principal nud de toute association lgitime ! Peuple de France ! tu n'as pas t plus favoris que les autres nations qui vgtent...
338 - La loi agraire ou le partage des campagnes fut le vu instantan de quelques soldats sans principes, de quelques peuplades mues par leur instinct plutt que par la raison. Nous tendons quelque chose de plus sublime et de plus quitable, le bien commun ou la communaut des biens ! Plus de proprit individuelle des terres, la. terre n'est personne. Nous rclamons, nous voulons la jouissance communale des fruits de la terre : les fruits sont tout le monde.
118 - Francs-Maons n'avait encore vu que des hommes dont l'esprit et le bon sens ont droit de se jouer. Je ne vous dirai pas les secrets que j'apporte, rpondit enfin le Comte de Virieu...
146 - MORALE qui, en dgradant l'homme, le rend insouciant pour les biens de ce monde, lui interdit la jouissance des plaisirs innocents de la vie, lui inspire la haine de ses frres. Ce ne sera point celle qui favorise l'intrt de ses docteurs, qui prescrit les perscutions, l'intolrance, qui contrarie la raison, qui interdit l'usage prudent des passions, qui nous donne pour vertus l'inaction, l'oisivet, la profusion des biens envers les paresseux. Ce ne sera point surtout celle qui vient tourmenter...
105 - Les illu- mins seuls sont en possession des secrets du vrai franc-maon. Il reste mme aux illumins une grande partie de ces secrets dcouvrir. Le nouveau chevalier doit y consacrer ses recherches. Il est bien spcialement averti que c'est par l'tude des anciens Gnostiques et des Manichens , qu'il pourra faire de grandes dcouvertes sur cette vritable maonnerie. On le prvient que dans cette recherche , ses grands ennemis sont l'ambition et tous les vices qui font gmir l'humanit...