Musique ancienne: le mpris pour les anciens--la force de la sonorit--le style--l'interprtation--les virtuoses--les Mcnes et la Musique

M. Senart, 1921 - 270
 

 - 

.

1
9
2
19
3
30
4
37
5
42
6
54
7
67
8
84
9
97
10
107
11
130
12
150
13
179
14
194
15
232
16
253

-

38 - Un prtre, environn d'une foule cruelle, Portera sur ma fille une main criminelle, Dchirera son sein, et, d'un il curieux, Dans son cur palpitant consultera les dieux...
257 - La Mort a des rigueurs nulle autre pareilles: On a beau la prier; La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles, Et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane, o le chaume le couvre, Est sujet ses lois; Et la garde qui veille aux barrires du Louvre N'en dfend point nos rois.
51 - Il n'ya qu'une chose dans le monde qui me fasse du bien, c'est la musique : mais c'est un bien qu'un autre appellerait douleur. Je voudrais entendre dix fois par jour cet air qui me dchire, et qui me fait jouir de tout ce que je regrette. J'ai perdu mon Eurydice, etc.
86 - Parmi ces voix il ya des dessus, il ya des basses, il ya des voix moyennes de tous les degrs. On entend celles des hommes avec celles des femmes, les unes et les autres entremles du son des fltes qui les accompagnent. Chacune...
157 - Grand en tout, il veut mettre en tout de la grandeur La guerre fait sa joie et sa plus forte ardeur ; Ses divertissements ressentent tous la guerre : Ses concerts d'instruments ont le bruit du tonnerre, Et ses concerts de voix ressemblent aux clats Qu'en un jour de combat font les cris des soldats.
123 - C'taient d'honntes gens , qui riaient comme les autres avec leurs amis : et quand ils ont fait leurs lois et leurs traits de politique, c'a t en se jouant et pour se divertir.
78 - Le got peut se gter chez une nation ; ce malheur arrive d'ordinaire aprs les sicles de perfection. Les artistes, craignant d'tre imitateurs, cherchent des routes cartes ; ils s'loignent de la belle nature que leurs prdcesseurs ont saisie. Il ya du mrite dans leurs efforts; ce mrite couvre leurs dfauts. Le public, amoureux des nouveauts, court aprs...
46 - J'aime mieux un ruisseau qui, sur la molle arne, Dans un pr plein de fleurs lentement se promne, Qu'un torrent dbord qui, d'un cours orageux, Roule, plein de gravier, sur un terrain fangeux.
208 - De cette aimable enfant le clavecin unique Me touche plus qu'Isis et toute sa musique: Je ne veux rien de plus , je ne veux, rien de mieux Pour contenter l'esprit, et l'oreille, et les yeux; Et si je puis la voir une fois la semaine, A voir jamais Isis je renonce sans peine.
209 - Il m'en gagea monter chez lui, o aprs m'avoir plac dans un fauteuil antique, il me joua cinq ou six pices de luth, me regardant toujours d'un air tendre, et rpandant de temps en temps quelques larmes sur son luth. Il me tira ensuite une fort belle pice de vers, de