Les lois de la socit chrtienne, 1

Lecoffre, 1876
 

 - 

.

-

2 - Trouver une forme d'association qui dfende et protge de toute la force commune la personne et les biens de chaque associ, et par laquelle chacun, s'unissant tous, n'obisse pourtant qu' lui-mme, et reste aussi libre qu'auparavant!
241 - C'est pourquoi l'homme quittera son pre et sa mre, et s'attachera sa femme, et les deux deviendront une seule chair?
116 - Or, voici la cause de la condamnation ; c'est que la lumire est venue dans le monde, et que les hommes ont mieux aim les tnbres que la lumire, parce que leurs uvres taient mauvaises.
163 - Jus autem divinum, quod est ex gratia, non tollit jus humanum, quod est ex naturali ratione; ideo distinctio fidelium et infidelium secundum Re considerata non tollit dominium et praelationem infidelium supra fiddles.
215 - Il doit sans doute tre permis tous les citoyens de s'assembler, mais il ne doit pas tre permis aux citoyens de certaines professions de s'assembler pour leurs prtendus intrts communs. Il n'ya plus de corporations dans l'Etat ; il n'ya plus que l'intrt particulier de chaque individu et l'intrt gnral. Il n'est permis personne d'inspirer aux citoyens un intrt intermdiaire, de les sparer de la chose publique par un esprit de corporation.
70 - D'ailleurs, en tout tat de cause, un peuple est toujours le matre de changer ses lois, mme les meilleures; car, s'il lui plat de se faire mal luimme, qui est-ce qui a le droit de l'en empcher?
226 - Il ya beaucoup gagner, en fait de murs , garder les coutumes anciennes. Comme les peuples corrompus font rarement de grandes choses , qu'ils n'ont gure tabli de socits, fond de villes , donn de...
70 - Comme la nature donne chaque homme un pouvoir absolu sur tous ses membres , le pacte social donne au corps politique un pouvoir absolu sur tous les siens ; et c'est ce mme pouvoir qui , dirig par la volont gnrale, port, comme j'ai dit, le nom de souverainet.
68 - Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprme direction de la volont gnrale; et nous recevons en corps chaque membre comme partie indivisible du tout.
39 - Il est vrai que dans les dmocraties le peuple parat faire ce qu'il veut 1 ; mais la libert politique ne consiste point faire ce que l'on veut. Dans un État, c'est--dire dans une socit o il ya des lois, la libert ne peut consister qu' pouvoir faire ce que l'on doit vouloir et n'tre point contraint de faire ce que l'on ne doit pas vouloir.