Mmoires et souvenirs d'un pair de France: ex-membre du Snat conservateur

 

 - 

.

-

405 - Allez dire votre matre que nous sommes ici par la volont du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baonnettes.
398 - ... j'tais all, pour ainsi dire, au-devant des vux de la nation, en manifestant l'avance ce que je voulais faire pour son bonheur. Il semblait que vous n'aviez qu' finir mon ouvrage, et la nation attendait avec impatience le moment o, par le concours des vues bienfaisantes de son souverain, et du zle clair de ses reprsentants, elle allait jouir des prosprits que cette union devait lui procurer.
401 - ... que la nation franaise ! Je ne craindrai pas de l'exprimer: ceux qui , par des prtentions exagres , ou par des difficults hors de propos , retarderaient encore l'effet de mes intentions paternelles , se rendraient indignes d'tre regards comme Franais.
403 - ... dans une si belle entreprise, seul, je ferai le bien de mes peuples; seul, je me considrerai comme leur vritable reprsentant; et connaissant vos cahiers, connaissant l'accord parfait qui existe entre le vu le plus gnral de la nation et mes intentions bienfaisantes, j'aurai toute la confiance que doit inspirer une si rare harmonie, et je marcherai vers le but auquel je veux atteindre avec tout le courage et la fermet qu'il doit m'inspirer.
398 - États gnraux sont ouverts depuis prs de deux mois, et ils n'ont point encore pu s'entendre sur les prliminaires de leurs oprations. Une parfaite intelligence aurait d natre du seul amour de la patrie, et une funeste division jette l'alarme dans tous les esprits. Je veux le croire, et j'aime aie penser, les Franais ne sont point changs. Mais pour viter de faire...
403 - C'est moi jusqu' prsent qui fais tout pour le bonheur de mes peuples, et il est rare peut-tre que l'unique ambition d'un souverain soit d'obtenir de ses sujets qu'ils s'entendent enfin pour accepter ses bienfaits.
402 - Vous venez , messieurs , d'entendre le rsultat d'e mes dispositions et de mes vues : elles sont conformes au 'vif desir que j'ai d'oprer le bien public ; et si , par une fatalit loin de ma pense , vous m'abandonniez dans une si belle entreprise, seul, je ferai le bien de mes peuples ; seul, je me considrerai comme leur vritable reprsentant...
444 - ... c'est moi, qui ne suis qu'un avec ma nation ; c'est moi qui me fie vous ! aidez-moi , dans cette circonstance , assurer le salut de l'tat; je l'attends de l'assemble nationale.
265 - Blesois valent eux seuls, dit-on, le comt de Sancerre, et que le public ajoute ces huit mille arpents un grand nombre de terres dans diffrentes provinces, et une grosse somme donne M. le baron d'Espagnac.
399 - Mais, pour viter de faire aucun de vous des reproches, je considre que le renouvellement des tats gnraux, aprs un si long terme, l'agitation qui l'a prcd, le but de cette convocation, si diffrent de celui qui rassemblait vos anctres, les restrictions dans les pouvoirs, et plusieurs autres circonstances, ont d ncessairement amener des oppositions, des dbats, des prtentions exagres.