Collection complte des oeuvres, 2

diteur non identifi, 1782
 

 - 

.

-

28 - ... par o l'on voit qu'il n'ya ni ne peut y avoir nulle espce de loi fondamentale obligatoire pour le corps du peuple, pas mme le contrat social.
167 - Telle tait la position de Sparte. Pour vous, peuples modernes, vous n'avez point d'esclaves, mais vous l'tes; vous payez leur libert de la vtre. Vous avez beau vanter cette prfrence , j'y trouve plus de lchet que d'humanit.
185 - ... conforme ou non la volont gnrale qui est la leur : chacun en donnant son suffrage dit son avis l-dessus, et du calcul des voix se tire la dclaration de la volont gnrale. Quand donc l'avis contraire au mien l'emporte...
239 - Sans pouvoir obliger personne les croire, il peut bannir de l'Etat quiconque ne les croit pas; il peut le bannir, non comme impie, mais comme insociable, comme incapable d'aimer sincrement les lois, la justice, et d'immoler au besoin sa vie son devoir.
67 - ... parfait et solitaire, en partie d'un plus grand tout dont cet individu reoive en quelque sorte sa vie et son tre; d'altrer la constitution de l'homme pour la renforcer; de substituer une existence partielle et morale l'existence physique et indpendante que nous avons tous reue de la nature. Il faut en un mot, qu'il te l'homme ses forces propres pour lui en donner qui lui soient trangres et dont il ne puisse faire usage sans le secours d'autrui.
30 - En effet, chaque individu peut, comme homme, avoir une volont particulire contraire ou dissemblable la volont gnrale qu'il a comme citoyen : son intrt particulier peut lui parler tout autrement que l'intrt commun...
31 - Ce passage de l'tat de nature l'tat civil produit dans l'homme un changement trs remarquable, en substituant dans sa conduite la justice l'instinct, et donnant ses actions la moralit qui leur manquait auparavant.
30 - ... qui seul peut donner de la force aux autres, que quiconque refusera d'obir la volont gnrale, y sera contraint par tout le corps : ce qui ne signifie autre chose sinon qu'on le forcera d'tre libre ; car telle est la condition qui, donnant chaque citoyen la patrie, le garantit de toute dpendance personnelle...
239 - Que si quelqu'un aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort; il a commis le plus grand des crimes, il a menti devant les lois.
237 - Les sujets ne doivent donc compte au Souverain de leurs opinions qu'autant que ces opinions importent la communaut.