1789-1790

Au Bureau du Populaire, 1845
 

 - 

.

250 - La libre communication des penses et des opinions est un des droits les plus prcieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, crire, imprimer librement, sauf rpondre de l'abus de cette libert dans les cas dtermins par la loi.
250 - La garantie des droits de l'homme et du citoyen ncessite une force publique ; cette force est donc institue pour l'avantage de tous, et non pour l'utilit particulire de ceux auxquels elle est confie.
250 - Toute socit dans laquelle la garantie des droits n'est pas assure, ni la sparation des pouvoirs dtermine, n'a point de constitution.
390 - Franais de libert, de constitution , de rsistance, lorsque ses vils calomniateurs suaient le lait des cours et vivaient de tous les prjugs dominants : que m'importe ? Ces coups de bas en haut ne m'arrteront pas dans ma carrire.
251 - Il n'ya plus ni vnalit, ni hrdit d'aucun office public. Il n'ya plus, pour aucune partie de la nation, ni pour aucun individu, aucun privilge ni exception au droit commun de tous les Franais. Il n'ya plus ni jurandes, ni corporations de professions, arts et mtiers.
211 - ... et leurs caresses, et leurs exhortations, et leurs prs'ents ; dites-lui que toute la nuit ces satellites trangers, gorgs d'or et de vin, ont prdit dans leurs chants impies l'asservissement de la France, et que leurs vux brutaux invoquaient la destruction de...
341 - Je jure d'tre fidle la Nation, la Loi et au Roi et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution du Royaume, dcrte par l'Assemble Nationale Constituante aux annes 1789, 1790 et 1791.
389 - Mais l'homme qui combat pour la raison , pour la patrie , ne se tient pas si aisment pour vaincu. Celui qui a la conscience d'avoir bien mrit de son pays et surtout de lui tre encore utile ; celui que ne rassasie pas une vaine clbrit , et qui ddaigne les succs d'un jour pour la vritable gloire ; celui qui veut dire la vrit , qui veut faire le bien public , indpendamment des mobiles mouvements de l'opinion populaire ; cet homme porte avec lui...
238 - La loi n'a le droit de dfendre que les actions nuisibles la socit. Tout ce qui n'est pas dfendu par la loi ne peut tre empch, et nul ne peut tre contraint .faire ce qu'elle n'ordonne pas.
251 - L'ASSEMBLÉE NATIONALE voulant tablir la Constitution Franaise sur les principes qu'elle vient de reconnatre et de dclarer, abolit irrvocablement les institutions qui blessaient la libert et l'galit des droits.