Revue universelle, bibliothque de l'homme du monde et de l'homme politique au 19e sicle, 3

 

 - 

.

-

197 - Jette au gouffre ternel tes anges mutils. Les clous du Golgotha te soutiennent peine ; Sous ton divin tombeau le sol s'est drob : Ta gloire est morte, Christ ! et sur nos croix d'bne Ton cadavre cleste en poussire est tomb...
206 - Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire Voltige-t-il encor sur tes os dcharns? Ton sicle tait, dit-on, trop jeune pour te lire; Le ntre doit te plaire, et tes hommes sont ns.
197 - Entonnaient l'hosanna des sicles nouveau-ns; Le temps o se faisait tout ce qu'a dit l'histoire; O sur les saints autels les crucifix d'ivoire Ouvraient des bras sans tache et blancs comme le lait; O la Vie tait jeune, o la Mort esprait? O Christ! je ne suis pas de ceux que la prire...
206 - Que pour l'ternit ton souffle a dpeupls? Que te disent les croix? que te dit le Messie? Oh! saigne-t-il encor, quand, pour le dclouer, Sur son arbre tremblant, comme une fleur fltrie, Ton spectre dans la nuit revient le secouer? Crois-tu ta mission dignement accomplie, Et comme l'Eternel, la cration, Trouves-tu que c'est bien, et que ton uvre est bon?
196 - Marchait et respirait dans un peuple de dieux ; O Vnus Astart, fille de l'onde amre, Secouait, vierge encor, les larmes de sa mre, Et fcondait le monde en tordant ses cheveux...
131 - Ainsi prit cette jeune femme qu'une sorte de rvlation intrieure semblait avertir d'avance du sort qui lui tait rserv, figure mlancolique et douce qui traversa la barbarie mrovingienne, comme une apparition d'un autre sicle. Malgr...
2 - ... des pinces et des tenailles, entre quatre villes franaises d'un gnie rude et fort : Nantes et Saint-Malo, Rennes et Brest. Et pourtant cette pauvre vieille province nous a sauvs plus d'une fois; souvent, lorsque la patrie tait aux abois et qu'elle dsesprait presque, il s'est trouv des poitrines et des ttes bretonnes plus dures que le fer de l'tranger.
115 - Des btiments d'exploitation agricole, des haras, des tables, des bergeries et des granges, les masures des cultivateurs et les cabanes des serfs du domaine compltaient le village royal, qui ressemblait parfaitement, quoique sur une plus grande chelle, aux villages de l'ancienne Germanie. Dans le site mme de ces rsidences il y avait quelque chose qui rappelait le souvenir des paysages d'outre...
127 - A l'approche des montagnes, les chemins devinrent difficiles; elle ne s'en aperut pas, et voulut encore aller plus loin. Mais, comme les gens qui la suivaient, grossissant beaucoup le...
212 - Etoiles du matin, ce mot triste et charmant! La plus faible de vous, quand Dieu vous a cres, A voulu traverser les plaines thres, Pour chercher le soleil, son immortel amant. Elle s'est lance au sein des nuits profondes.