Prosateurs contemporains; or Selections in prose chiefly from contemporary French literature, with Engl. notes. By F.E.A. Gasc

 

 - 

.

318 - Elles feront poque dans la postrit : vous aurez la gloire immortelle de changer la face de la plus belle partie de l'Europe. Le peuple franais, libre, respect du monde entier, donnera l'Europe une paix glorieuse, qui l'indemnisera des sacrifices de toute espce qu'il a faits depuis six ans. Vous rentrerez alors dans vos foyers, et vos concitoyens diront en vous montrant : // tait de l'arme d'Italie!
19 - Despraux , employaient toujours le mot propre. On s'accoutume bien parler, en lisant souvent ceux qui ont bien crit; on se fait une habitude d'exprimer simplement et noblement sa pense sans effort. Ce n'est point une tude; il n'en cote aucune peine de lire ce qui est bon, et de ne lire que cela; on n'a de -matre que son plaisir et son got.
86 - Un Arabe et sa tribu avaient attaqu dans le dsert la caravane de Damas; la victoire tait complte, et les Arabes taient dj occups charger leur riche butin, quand les cavaliers du pacha d'Acre, qui venaient la rencontre de cette caravane, fondirent ...
52 - Chardon; mais il n'ya pas grand mal, ce n'tait qu'un Franais. . . Ensuite, il s'tait si bien cach, que le diable ne l'aurait pu dcouvrir. Sans mon petit cousin Fortunato, je ne l'aurais jamais pu trouver. Fortunato! s'cria Mateo. Fortunato! rpta Giuseppa. Oui, le Gianetto s'tait cach sous ce tas de foin l-bas; mais mon petit cousin m'a montr la malice. Aussi je le dirai son oncle le caporal, afin qu'il lui envoie un beau cadeau pour sa peine. Et son nom et le...
184 - Mais ce soir elle me parut d'une grandeur extraordinaire. Pendant un instant la redoute se dtacha en noir sur le disque clatant de la lune. Elle ressemblait au cne d'un volcan au moment de l'ruption. ' Un vieux soldat, auprs duquel je me trouvais, remarqua la couleur de la lune. "Elle est bien rouge," dit-il; "c'est signe 30 qu'il en cotera bon pour l'avoir, cette fameuse redoute ! " J'ai toujours t superstitieux, et cet augure, dans ce moment surtout, m'affecta.
187 - Je fis l'esprit fort; bien des gens auraient fait comme moi; bien des gens auraient t aussi bien que moi frapps de ces paroles prophtiques. Conscrit comme je l'tais, je sentais que je ne pouvais confier mes sentiments personne, et que je devais toujours paratre froidement intrpide. Au bout d'une demi-heure, le feu des Russes diminua 5 sensiblement; alors nous sortmes de notre couvert pour marcher sur la redoute.
185 - Vers trois heures, un aide de camp arriva, apportant un ordre. On nous fit reprendre les armes; nos tirailleurs se rpandirent dans la plaine, nous les suivmes lentement, et, au bout de vingt minutes, nous vmes tous les avant-postes des Russes se replier et rentrer dans la redoute.
315 - L'arme se trouva bientt en vue du camp saxon, au nord-ouest de Hastings. Les prtres et les moines qui l'accompagnaient se dtachrent, et montrent sur une hauteur voisine pour prier et regarder le combat. Un Normand appel Taillefer poussa son cheval en avant du front de bataille, et entonna le chant des exploits, fameux dans toute la Gaule, de Charlemagne et de Roland. En chantant, il jouait de son pe, la lanait en l'air avec force et la recevait dans sa main droite; les Normands...
50 - Gianetto, Mateo Falcone et sa femme parurent tout d'un coup au dtour d'un sentier qui conduisait au maquis. La femme s'avanait courbe pniblement sous le poids d'un norme sac de chtaignes, tandis que son mari se prlassait, ne portant qu'un fusil la main et un autre en bandoulire ; car il est indigne d'un homme de porter d'autre fardeau que ses armes.
317 - ... dont ils ne pouvaient se garantir , ayant les deux mains occupes manier leurs grandes haches. Quand ils eurent perdu leurs rangs , les cltures des redoutes furent enfonces ; cavaliers et fantassins y pntrrent; mais le combat fut encore vif, ple-mle, et corps corps. Guillaume eut son cheval tu sous lui , le roi Harold et ses deux frres tombrent morts au pied de leur tendard , qui fut arrach et remplac par le drapeau envoy de Rome.